Un couronnement sans tambour ni trompette.

Partager

Ça y est, la 60ième édition du Carnaval d’hiver de Québec a officiellement été lancée, ce vendredi 31 janvier 2014. C’est par une belle soirée que plusieurs carnavaleuses et carnavaleux se sont massés sur le terrain en face du Parlement de Québec, pour les cérémonies d’ouverture, ainsi que le couronnement de la Reine, une première en 18 ans.

En effet, le dernier couronnement d’une Reine du Carnaval de Québec remonte à l’édition 1996. Par la suite, les dirigeants de la fête avaient, à l’étonnement général, mis fin à cette longue tradition, afin de donner un nouveau virage à la fête. Et par un drôle de hasard, c’est exactement pour cette même raison, qu’on nous propose en 2014, un retour de ces ambassadrices.

C’est toutefois à partir d’ici cher lectorat que je vous donnerais mon humble avis sur la soirée que j’ai passée. Mais avant tout, sachez que j’ai connu la première époque, ou du moins les 15 dernières années de celles-ci. J’ai été aussi bénévole pour le Carnaval pendant près de 10 ans. Aujourd’hui c’est à titre de « Reporter » que j’écris ces lignes. Je peux donc, je le pense du moins, donner un point de vue juste et honnête.

J’ai vécu mes premiers couronnements du coté de la clôture où nous étions des milliers, entassés à célébrer et à encourager notre Duchesse. Nous étions jeunes et innocents, la bière coulait à flot et parfois même le Caribou. Nous étions tel un troupeau, alignés en rang d’oignon, face au Palais de glace de Bonhomme. Sur la scène aménagée pour l’occasion, sept trône… un pour chaque Duchesse.

La dite scène était à même le palais. Un animateur nous présentait ces sept valeureuses demoiselles, une à une. Elles se présentaient toutes vêtues de la même façon. C’était élégant. C’était beau pour l’œil et pour le spectacle. Et au moment venu, le sort décidait de qui serait la Reine. Chacune des Duchesses avait un nombre de capsules dans le baril, qui était décidé au prorata du nombre de bougies vendues.

Une capsule à la fois, afin d’étirer le plaisir. L’animateur dans son micro annonçait : Champlaaaaaaaaaainnnnnnnnn!!! Une lumière s’allumait au-dessus du trône de la représentante du Duché de Champlain… Une minute plus tard, l’homme au micro lançait haut et fort : Caaaaaaartiiiiierrr! Même stratagème… la lumière… des applaudissements… la foule en délire. Le palais brillait de mille lumières… c’était ma foi, féérique! Magique!

Et c’est parfois, lors des luttes plus serrées, après 90 minutes qu’enfin… le « crieux » nous annonçait… bien sûr en présence du Roi de la fête lui-même et j’ai nommé, Bonhomme Carnaval… Mesdameeeeessssss mes demoiselleeeeeessss et Messieeeeeurrrrrssssss Chers Carnavaleux… NOUS AVONS UNE REINE! La fébrilité était à son comble. Surtout pour les partisans des Duchés qui avaient 4 lampes d’allumées au-dessus de leurs trônes!

Et question d’ajouter un peu de suspense, le Bonhomme lui-même saisissait la couronne, et… se baladait entre les Duchesses qui avaient 4 lampes. Et soudain, il déposait enfin le diadème sur la tête de l’Élue! Applaudissements, clameurs et cris s’élevaient alors dans la foule. Encore plus fort du coté des vainqueurs, mais quand même nous étions heureux! La Reine était nommée… la fête était lancée! Place aux majestueux feux d’artifices!

En ce soir de 2014… je suis resté plutôt perplexe. J’ai revécu ces souvenirs que je viens plus haut de vous décrire et je n’ai rien trouvé à comparer, mis à part peut-être, la foule entassée à attendre la gagnante. Oui encore ce soir, 18 ans plus tard, c’est de la même façon dont la fête a été lancée. Mais… il manquait un truc… comment cela s’appelle-t-il déjà? Ha… oui! Le DÉCORUM!

Le lieu est le même. Face à l’Hôtel du Parlement. À mon arrivé, j’ai dû m’informer à savoir ou se déroulait le couronnement. À ma gauche, une scène vitement aménagée. À ma gauche, et j’ai du me renseigner pour être certain, un tas de blocs de glace qui, j’imagine, est le Palais de bonhomme. Quelques « spots » éclairent trop discrètement l’édifice.

Comme j’ai en ma possession une accréditation média, je m’informe encore une fois à un bénévole sur place, pour savoir si le couronnement se fait devant le Palais, ou sur cette petite scène, là bas!! Il m’indique la scène, et me précise qu’il y a un petit (et je cite) enclos pour les journalistes. Me voilà donc un genre de bétail me dit-je! Les temps changent!

Au bout d’un certain temps, on nous présente les Duchesses. Sept jolies demoiselles qui tour à tour se présentent au bras d’un membre du Royal 22ième régiment. Au moins, je suis heureux de constater qu’elles sont vêtues de la même façon. Par contre… pas de trônes. Juste de simples petits bancs rouges. Pas de lampes non plus au-dessus de ceux-ci!

Non, l’évolution étant ce qu’elle est, un tableau lumineux s’allume au-dessus de la scène, sur lequel ont peut lire le nom des sept nouveaux Duchés. Adieu les Laval, Montmorency, Champlain, Cartier, Lévis, Montcalm et Frontenac!!! En fait, les nouveaux Duchés ne sont rien de plus que… les Arrondissements de Québec, à l’exception bien sure, de Lévis.

Encore une surprise pour moi, les capsules existent encore. Et c’est grâce à elle que la Reine de cette nouvelle époque sera bientôt… « entuquée ». Ne chercher pas dans votre dictionnaire, ce mot n’existe pas. Du moins pas encore officiellement. C’est moi (du moins je crois) qui l’ai inventé pas plus tard que cet après-midi. Oui triste réalité, la couronne étincelante du bon vieux temps, a été remplacée par une tuque, avec un gros pompon doré sur le dessus!!

Bien sûr, il y a encore un « crieux »… qui nous annonce à chaque capsule, laquelle vient de prendre un avantage. Bien sûr il y a encore une foule entassée, et des cris qui s’échappent lorsque la Duchesse de La Cité – Limoilou, ou encore Beauport est nommée. Oui au fond de nous nous souhaitons que NOTRE Duchesse soit l’Élue! Mais pour le reste! Je ne suis pas certain!

Toujours est-il qu’une Reine fût nommée. Et c’est la représentante du Duché, si l’ont peut encore appelé cela ainsi, Les Rivières qui a été choisie par le hasard. Eh oui, il y a eu un feu d’artifice encore ce soir. Il a duré un gros… 5 minutes! J’ajouterai que oui, la fête a été lancée officiellement. Et peut-être malgré tout, de la plus belle façon qui soit. D’une manière dont nous nous étions ennuyés!!

Il y a plein d’aspects que je n’ai pas abordés ici. Et je ne sais pas si j’en ai envie de toute façon. L’ancien bénévole en moi préfère se garder une petite gêne!! Mais je dirai seulement que, les duchesses d’aujourd’hui, ne sont plus les duchesses d’il y a… diantre… presque 25 ans déjà!

Je terminerai toutefois sur un point relativement positif. Les organisateurs du Carnaval 2014 ont remis les Duchesses sur la sellette. Ils ont aussi décidé d’éparpiller les activités de la (faut-il le rappeler?) plus grande fête hivernale au monde. Confinées pendant de longues voir trop longues années, la fête se déroulée à la Haute Ville, les instigateurs de notre rendez-vous nordique, ont vu grand, et autrement!

Ainsi donc, chacun des Duchés se verra, à un moment ou un autre, intégré à la fête! Et uniquement pour ce développement, je suis prêt à donner la chance au coureur. Je suis déçu du couronnement, mais par contre, je suis heureux de voir qu’un vent nouveau semble vouloir souffler sur notre Carnaval. Nous en reparlerons dans quelques jours!

Texte : Pierre Rochette

Photos : Pierre Rochette

 

Commentaires

About the Author

Facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar