Published On: dim, Juin 22nd, 2014

La menuiserie Delisle rasée par un autre incendie

Partager

Pour la deuxième fois en deux mois, un incendie s’est attaqué à la menuiserie Delisle, située au 1090 18ième rue, dans le quartier Limoilou à Québec.

Photo : Pierre Rochette

Photo : Pierre Rochette

Le 16 avril dernier, un premier incendie nécessitant un appel 33 (rappel de personnel en congé) avait lourdement endommagé l’édifice à vocation commerciale.  Cette fois, les flammes ont été sans pitié.  Si les opérations de l’entreprise avaient pu continuer après le premier sinistre, aujourd’hui il n’en sera probablement rien.

C’est vers 00  h 45 en ce début de la nuit du 22 juin que les premiers pompiers ont été appelés à se rendre de nouveau à la menuiserie, ce sont des passants qui ont signalé de la fumée noire et des flammes qui sortaient du toit de l’édifice.  Quelques instants après être sortis de sa caserne située sur le boulevard des Capucins, l’unité 202 mentionne au central de répartition qu’une bonne fumée est visible de loin.  Aussitôt arrivé sur les lieux, l’officier responsable ordonne l’intervention nécessaire et demande une deuxième alarme.  Les flammes sont virulentes, et sortent de la quasi grandeur du toit.

Des renforts s’ajoutent.  Le feu est éclaté au toit, mais aussi à l’intérieur du bâtiment.  En route, des membres du service des incendies mentionnent qu’ils aperçoivent la fumée d’aussi loin que l’autoroute Laurentienne.  Les lueurs provoquées par les flammes rugissantes sont visibles d’aussi loin que le Boul. Wilfrid Hamel.  Bien vite, la quatrième alarme est demandée.

Rapidement, les pompiers s’installent en mode défensif.  C’est-à-dire qu’ils combattent le brasier de l’extérieur.  Le feu est trop violent, la fumée trop dense, et la structure déjà amoché par l’incendie du mois d’avril, malgré les rénovations entamées.  Des jets déluges et des lances à haut débit sont utilisés afin d’abaisser la colonne thermique.  À un moment de l’incendie, les pompiers ont eu à être attentifs, puisque le mur donnant sur la 18ieme rue, menaçait de s’effondrer.

L’élément destructeur ainsi que le poids de l’eau auront raison de la toiture qui s’écroulera à l’intérieur de la structure.  À partir de ce moment, les jets déluges sont arrêtés et les pompiers commencent à progresser efficacement et de façon sécuritaire à l’intérieur.  Le combat ne sera pas facile, et ce n’est qu’au bout de pratiquement 4 heures de lutte que les hommes du peloton 1 prendront le dessus.

Mais le mal est fait.  Malheureusement pour les employés de la Menuiserie Delisle, l’édifice à subit l’assaut définitif.  Malgré les efforts surhumains des pompiers, c’est une pelle mécanique qui finira le travail de démolition.  Les sapeurs continueront pendant de longues minutes à éteindre les dernières flammes couvant sous les décombres.

La cause de ce deuxième incendie n’est bien sur pas connue au moment d’écrire ces lignes.  Le travail des enquêteurs sera compliqué, étant donné l’état de destruction de l’édifice.  Personne n’a été évacué et on ne rapporte aucun blessé.  Une quarantaine de pompiers ont travaillé avec acharnement afin de venir à bout des flammes.  Hélas, la bâtisse est une perte totale.

Photos : Pierre Rochette

Photos : Collaboration Spéciale : 1 à 5 = Martin Fournier – 6 = Jooe Defoy

Commentaires

About the Author

Facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar