Published On: sam, Fév 14th, 2015

Brasier Intense et Froid Sibérien pour Les Pompiers dans St-Sauveur

Partager
photo: Steven Randall Paradis

photo: Steven Randall Paradis

Un violent incendie ayant prit naissance vers  06 h 45 du matin ce 14 février 2015, aura donné beaucoup de fil à retordre aux pompiers de la ville de Québec, qui en plus des flammes, ont dû composer avec une température glaciale frôlant les -30°C.

L’appel initial fût lancé par des passants qui mentionnaient voir des flammes et de la fumée s’échapper d’un édifice de 3 étages, situé à l’intersection des rues Bayard et Bagot dans le quartier St-Sauveur, en basse ville de Québec.

Une première alarme a donc été répartie à 06 h 43 et dès son arrivée sur les lieux le chef aux opérations 132 qui est affecté à la caserne 3, située non loin de l’événement confirmait l’intervention nécessaire et commandait une 2ième alarme immédiate.

Il ajoutait quelques secondes plus tard que de la fumée noire et très dense sortait du toit de l’édifice, ce qui augurait un brasier en progression.

Rapidement déployées, les équipes déjà sur les lieux furent très vite dépassées par la violence de l’élément destructeur qui se frayait un chemin tout où il pouvait passer, afin de faire son oeuvre destructrice.

De plus les flammes menaçaient de se propager à deux édifices voisins et devant ce risque accru, une 3ième alarme a été demandée et les sapeurs ont alors procédé à la ventilation et à la recherche d’éventuelles victimes.

L’installation d’échelles aériennes et manuelles fût rendue nécessaire afin de permettre aux membres du SPCIQ d’effectuer leur travail en toute sécurité , mais aussi de pouvoir avoir des possibilités de pouvoir quitter la toiture rapidement, en cas de danger.

Des lances perforatrices ainsi que des jets à haut débit ont aussi été utilisés, afin de tenter de contrer la propagation, qui malgré l’acharnement de leur travail, les soldats du feu furent encore une fois pris de cours, le feu se propageant dans les structures adjacentes.

Dix-huit minutes après le début de l’intervention, ayant toujours de forts risques de voir le feu s’étendre à l’édifice voisin sur Bayard une 4ième alarme sera alors donnée et les effectifs sont à ce moment engagés à plein, avec une force de frappe maximale, pour cet incendie majeur.

Pendant que des équipes tentaient de pénétrer à l’intérieur, d’autres travaillaient sur les toits afin d’établir des tranchées, technique qui a pour but de faire des ouvertures assez longues et larges pour bloquer le feu et l’empêcher de gagner du terrain.

Avec la rigueur que nous leur connaissons les pompiers ont travaillé fort et efficacement, en sachant le froid qui sévissait encore ce matin sur Québec n’a en rien aidé leur cause.

Les appareils respiratoires gelaient, et les boyaux devaient constamment être en opération, même au minimum, afin d’éviter qu’ils ne gèlent aussi ce qui aurait compliqué d’avantage la mission des vaillants pompiers.

Devant les circonstances, le chef de division 130 a alors procédé à un rappel de personnel en demandant un appel 33, qui signifie qu’un nombre déterminé de pompiers de l’équipe de travail suivante a été appelé à se présenter au travail.

Un roulement d’équipes s’est donc instauré, ce qui a permis de conserver en tout des temps des forces fraîches au combat et en aucun temps les sapeurs n’ont eu l’intention de laisser le feu s’acharner encore plus et de le laisser gagner du terrain.

Une cinquantaine de valeureux guerriers auront combattu les flammes et le froid pendant de très longues heures, puisque l’événement sera placé en aggravation improbable vers 11 h 30, soit près de cinq heures après l’appel initial.

Petit à petit et au prix d’efforts louables, ce n’est finalement qu’environ 5 heures plus tard que la bête fût domptée, et l’intervention déclarée comme étant sans danger de propagation.

Par contre le travail était loin d’être terminé, puisque les pompiers devaient encore s’assurer de bien éteindre tous les petits foyers susceptibles de redonner vie à l’infernal brasier qui venait d’être maîtrisé.

Beaucoup de déblais et de vérifications restaient encore à faire et il aura fallu encore plus d’une heure afin que l’intervention sois déclarée sous-contrôle.  Malgré les lourds dommages subis par deux édifices, les hommes du S.P.C.I.Q auront livré toute une bataille.

Sans leurs efforts énergiques le résultat aurait pu être bien plus lourd, les édifices dans ce quartier de Québec étant collés les uns sur les autres, ce qui est favorable à une conflagration.

Une enquête est en cours afin d’établir la cause de l’incendie qui aura laissé une dizaine de citoyens sans logis qui ont tous été pris en charge par la Croix-Rouge qui leur fournira une aide pour un domicile et le nécessaire pendant 3 jours ( ou plus selon les cas ).

Personne n’a été blessé ni du coté civil, ni du coté pompiers.

NDLR:  Voici ce qu’un membre de notre équipe a écrit sur notre page facebook ce matin, pendant l’intervention:

Depuis 06 h 45 ce matin, les pompiers de Québec luttent contre un violent incendie qui ravage des bâtiments en basse ville de Québec, par une température avoisinant les moins 30 degrés Celsius.

La température sibérienne ne facilite pas la tâche des soldats du feu, qui doivent en plus de combattre l’élément dévastateur, mener un autre combat, contre le froid intense, qui ralentit leur travail et devient un allié du feu.

Leur courage est salué par les plus hauts dirigeants du S.P.C.I.Q., mais aussi par les nombreux Médias qui couvrent l’événement, depuis tôt ce matin.

Patrouilleurs Médias Québec tenait également à faire mention et saluer leur courage en leur envoyant de très chaleureuses félicitations pour le combat qui dure maintenant depuis près de cinq heures.

Texte : Pierre Rochette, Fabien Demarteau

Photos : Steven Randall Paradis, Stéphane Breton

 

 

 

 

 

Commentaires

About the Author

Facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar