Accueil Internationales Des dizaines de manifestants tués par les forces de sécurité kazakhes

Des dizaines de manifestants tués par les forces de sécurité kazakhes

40
0

Selon les forces de sécurité du Kazakhstan, des dizaines de manifestants antigouvernementaux ont été tués dans la ville principale d’Almati. La Russie envoie des troupes à la demande du président kazakh.

Douze membres des forces de sécurité sont tués et 353 blessés lors de troubles provoqués par le doublement du prix du gaz de pétrole liquéfié. Ils seront déployés pour aider à « stabiliser » le pays, qui est membre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) aux côtés de la Russie, du Belarus, du Tadjikistan, du Kirghizstan et de l’Arménie.

L’OTSC a confirmé que des parachutistes russes avaient été envoyés en tant que soldats de la paix, des unités avancées étant déjà déployées. Les manifestations ont commencé dimanche lorsque le gouvernement a relevé le plafond des prix du GPL, que de nombreuses personnes utilisent pour alimenter leurs voitures. Cependant, les protestations ont ensuite pris une tournure politique.

L’UE a exhorté la Russie à respecter la souveraineté du pays.

L’Union européenne a exhorté jeudi la Russie à respecter la souveraineté du Kazakhstan. D’autre part, la Russie et ses alliés des anciens pays soviétiques ont envoyé des parachutistes pour réprimer le chaos à Almatsi. Les violences ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés.

Lire aussi :  Un phénomène météorologique extrêmement rare ! Un photographe a risqué sa vie pour capturer cette image.

La Commission européenne, l’exécutif de l’UE, a également appelé à la retenue de la part de tous les alliés. Josep Borrell a prévenu que la présence de troupes étrangères au Kazakhstan devait être considérée avec une grande prudence. Toutefois, les autorités ont déclaré qu’elles avaient temporairement suspendu l’entrée des ressortissants étrangers dans le pays.

« La violence doit cesser. Nous demandons à toutes les parties de faire preuve de retenue et de trouver une solution pacifique à la situation. Il est évident que l’UE est prête et désireuse de soutenir un dialogue dans le pays », a déclaré un porte-parole de l’UE.

Des dizaines de manifestants tués au Kazakhstan

Les manifestants ont également pris pour cible la mairie d’Almati et le principal aéroport du Kazakhstan. Au même moment, les forces de sécurité ont utilisé des canons à eau pour séparer la foule.

Des dizaines d’assaillants ont été « éliminés » après avoir tenté de prendre d’assaut des bâtiments de la police dans la ville. Environ 1 000 personnes ont été blessées au cours des émeutes, dont 400 ont été traitées à l’hôpital et 62 en soins intensifs.

Lire aussi :  Le pape François, prière pour le peuple de Tonga : "Je prie Dieu de leur apporter du réconfort".

Le président Kassym-Jomart Tokayev a imposé l’état d’urgence dans tout le pays, notamment un couvre-feu et l’interdiction des rassemblements de masse. Il a également renvoyé son puissant prédécesseur, Nursultan Nazarbayev. Depuis qu’il a démissionné de son poste de président, il est chargé de la sécurité nationale, et l’ensemble du gouvernement a également démissionné. Nazarbayev était également un allié connu de Vladimir Poutine.

Le président Tokayev a accusé des « gangs terroristes » formés à l’étranger d’être à l’origine de ces problèmes. Pour cette raison, il a dit avoir demandé l’aide de l’OTSC. Le président actuel de l’OTSC, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, a déclaré que l’alliance enverrait des casques bleus « pour une période limitée ».

Des images vidéo diffusées par les médias russes montrent un petit nombre de soldats russes montant à bord d’un avion de transport militaire. Selon l’alliance, la force de maintien de la paix sera déployée pour aider à protéger les installations étatiques et militaires au Kazakhstan.

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News !

Article précédentLe gouvernement tchèque donne le ton en Europe : pas de charbon pour l’énergie
Article suivantMacron frappe à nouveau ! Annonce qu’il maintient ses « remarques grossières » sur les personnes non vaccinées.