Accueil Internationales Émeutes au Kazakhstan. Les autorités annoncent le rétablissement de l’ordre. Des milliers...

Émeutes au Kazakhstan. Les autorités annoncent le rétablissement de l’ordre. Des milliers de manifestants ont été certifiés

63
0

Les autorités du Kazakhstan ont annoncé que l’ordre avait été rétabli, mais des poches de résistance des participants aux émeutes persistent dans plusieurs villes. La presse locale rapporte que des coups de feu sporadiques peuvent encore être entendus dans les rues d’Almatsi, où les émeutes les plus intenses ont eu lieu. Les responsables gouvernementaux affirment avoir rétabli le contrôle.

Les médias ont également fait état de plusieurs affrontements vendredi, notamment d’une tentative des manifestants de pénétrer dans une unité militaire dans la province d’Actobe. Il y a également eu un assaut contre une prison près d’Almatî.

Les combats ont fait des dizaines de morts et plusieurs milliers de blessés. Les autorités disent avoir arrêté environ 4 000 participants aux émeutes, qui risquent la prison à vie.

Le ministère kazakh de l’Intérieur a annoncé vendredi un bilan provisoire depuis le début des émeutes. Ils ont déclaré que 26 « criminels armés ont été liquidés » et que plus de 3 200 participants aux manifestations ont été arrêtés.

En outre, 18 policiers et membres de la garde nationale ont été tués depuis le début des manifestations et 740 autres personnes ont été blessées.

source : twitter

Un ancien chef de la sécurité détenu pour trahison

Les autorités du Kazakhstan ont placé en détention Karim Massimov, l’ancien chef du comité de sécurité nationale, pour suspicion de trahison, a annoncé samedi le comité de sécurité. Les responsables n’ont pas fourni de détails supplémentaires, rapporte Reuters. Outre Karim Massimov, plusieurs autres fonctionnaires ont également été arrêtés.

« Le 6 janvier de cette année, le Comité de sécurité nationale (KNB) a ouvert une enquête préliminaire pour haute trahison », indique un communiqué du KNB. « Le même jour, l’ancien chef du KNB, K.K. Massimov, soupçonné d’avoir commis ce crime, a été arrêté et placé dans un centre de détention provisoire avec d’autres personnes », indique un communiqué cité par l’AFP.

Lire aussi :  La Grande-Bretagne change de stratégie. Les États d'Asie du Sud-Est participent à la prochaine réunion du G7

Un proche allié de l’ancien président kazakh Nursultan Nazarbayev, Karim Kajymkanuli Massimov, ancien premier ministre, a été limogé de la tête du KNB cette semaine après des émeutes déclenchées par la hausse des prix du gaz.

Le récit d’un journaliste de la BBC

Après les émeutes, la plus grande ville du Kazakhstan, Almatsi, ressemble à la scène d’un film de guerre. C’est l’avis d’un journaliste de la BBC qui est arrivé sur les lieux des manifestations.

« L’odeur des véhicules en feu est encore dans l’air. Il y a peu de gens dans la rue, beaucoup ont trop peur de sortir de chez eux », rapporte le journaliste.

Selon lui, l’armée et la police ont bloqué des endroits clés de la ville pour empêcher toute nouvelle manifestation antigouvernementale.

« Lorsque nous nous sommes approchés des soldats sur la place centrale, ils nous ont crié dessus et ont tiré des coups de feu en l’air, nous avertissant de ne pas nous approcher. La plupart des dégâts se situent autour de la place centrale où les manifestants ont commencé à manifester contre les autorités. Nous n’avons pas vu de signes de protestations vendredi, juste quelques personnes rassemblées près des bâtiments détruits pour prendre des photos avec leurs téléphones. Mais nous pouvions encore entendre des tirs et des explosions », a ajouté le journaliste de la BBC.

Les États-Unis retirent le personnel non essentiel

Le département d’État a autorisé les employés non essentiels du consulat américain d’Almatsi et les membres de leur famille à quitter le Kazakhstan. Cette décision a été prise dans le cadre de l’état d’urgence qui est entré en vigueur au moment des émeutes.

« Le ministère a approuvé le départ volontaire des employés non essentiels du gouvernement américain au consulat général d’Almatsi et des membres de la famille de tous les employés. (…) Les citoyens américains au Kazakhstan doivent être conscients que les violentes manifestations peuvent avoir un impact significatif sur la capacité de l’ambassade américaine à fournir des services consulaires, y compris une assistance aux citoyens américains quittant le Kazakhstan », a déclaré le département d’État dans un communiqué cité par l’AFP.

Lire aussi :  Un officier de renseignement américain défend le Prince Andrew. "Il n'a jamais transpiré"
SOURCE PHOTO. EVZ

Évolution de la situation au Kazakhstan

Le Kazakhstan est confronté à des émeutes antigouvernementales depuis les premiers jours de la nouvelle année. Celles-ci ont éclaté après la hausse des prix du gaz liquéfié et se sont transformées en revendications politiques. Les manifestants ont attaqué et brûlé plusieurs bâtiments gouvernementaux et se sont heurtés aux forces de l’ordre.

Le président kazakh Kasim-Jomart Tokayev a autorisé les forces de sécurité à ouvrir le feu « sans avertissement » et a qualifié les manifestants de « terroristes ». Il a accusé l’implication de spécialistes formés à la manipulation du public par la diffusion de fausses nouvelles. Il a dit qu’ils étaient coordonnés depuis un poste de commandement central.

À la demande de Kasim-Jomart Tokayev, la Russie a envoyé plus de 70 avions militaires avec des troupes et des équipements au Kazakhstan.

La Turquie a déclaré son soutien au gouvernement kazakh et a annoncé une réunion par téléconférence de l’Organisation des États turcs sur ce sujet. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a eu une conversation téléphonique avec son homologue kazakh, Mukhtar Tleuberdi. Il l’a assuré du soutien total d’Ankara, tel qu’exprimé précédemment par le président Recep Tayyip Erdogan.

Tout en enquêtant sur les événements, les autorités kazakhes évoquent également un lien possible entre les manifestants et des mouvements radicaux en dehors du pays.

Article précédentLa Corée du Nord ne participera pas aux Jeux olympiques de Pékin en raison de « forces hostiles ».
Article suivantTesla est critiqué pour avoir ouvert un showroom dans la région chinoise du Xinjiang.
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !