Accueil Internationales Entrée en vigueur d’une nouvelle loi autorisant le suicide assisté en Autriche

Entrée en vigueur d’une nouvelle loi autorisant le suicide assisté en Autriche

40
0

La loi autorisant le suicide assisté est entrée en vigueur en Autriche. Les adultes en phase terminale ou atteints d’une affection permanente peuvent opter pour le suicide assisté, rapporte la BBC.

Le Parlement a approuvé la loi en décembre, suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

La pratique sera strictement réglementée, chaque cas étant évalué par deux médecins, et l’un d’eux (les médecins) devant être un expert en médecine palliative.

Selon les responsables, le gouvernement a également affecté des fonds au développement des soins palliatifs afin de garantir que personne ne choisisse de mourir alors que d’autres options sont disponibles.

Le suicide assisté, qui consiste à offrir à une personne les moyens de mettre fin à sa propre vie, est également légal en Suisse.

Lire aussi :  Officielle ! Amende de 100 euros pour ceux qui refusent la vaccination. C'est ce qui se passe en Europe

L’Autriche interdit ce type de suicide.

Les adultes qui souhaitent mettre fin à leur vie doivent présenter un diagnostic et avoir la confirmation qu’ils sont capables de prendre leurs propres décisions.

Après avoir obtenu l’approbation de deux médecins, les patients doivent attendre 12 semaines pour réfléchir à leur décision ou deux semaines s’ils sont atteints d’une maladie en phase terminale.

S’ils souhaitent toujours aller de l’avant après cette période d’attente, ils peuvent alors obtenir des médicaments létaux dans une pharmacie après en avoir informé un avocat ou un notaire.

Pour éviter les abus, les noms des pharmacies qui vendent ces médicaments ne seront divulgués qu’aux avocats et aux notaires qui reçoivent ces avis et ne seront pas rendus publics.

Lire aussi :  Conflits en Syrie. Les chars russes ont été mis en pièces pendant les conflits.

Jusqu’à présent, en vertu de la loi autrichienne, toute personne qui incite ou aide quelqu’un à se suicider risque jusqu’à cinq ans de prison.

Une interdiction absolue de l’aide à mourir a été levée l’année dernière par un tribunal fédéral, qui a jugé qu’elle « violait le droit à l’autodétermination ».

Avant que les nouvelles règles ne soient approuvées par le Parlement cette année, certains opposants politiques ont fait valoir qu’elles mettaient trop d’obstacles sur la route des personnes souhaitant bénéficier de l’aide à mourir.

D’autres ont fait valoir que trop peu de restrictions seront imposées, affirmant qu’une évaluation psychiatrique n’est pas suffisante pour évaluer la capacité de décision des patients.

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News!

Article précédentLe Jihad islamique lance des menaces contre Israël. Le groupe demande la libération d’un prisonnier palestinien en grève de la faim depuis 140 jours.
Article suivantNFT : Le volume du Bored Ape Yacht Club augmente sur OpenSea. La BAYC mania continue !