Accueil Internationales Israël frappe des cibles du Hamas dans la bande de Gaza

Israël frappe des cibles du Hamas dans la bande de Gaza

42
0

Israël a frappé des cibles du Hamas dans la bande de Gaza dimanche matin, le 2 janvier, après que des militants palestiniens ont tiré deux roquettes en mer Méditerranée samedi 1er janvier, provoquant une explosion au large de la côte de Tel Aviv et attirant les frappes israéliennes, a déclaré l’armée israélienne.

Les militants de Gaza n’ont pas revendiqué le lancement de la roquette et le Hamas, le groupe armé islamiste qui dirige l’enclave palestinienne côtière, n’a fait aucune déclaration.

La police a déclaré qu’il n’y avait pas de victimes ni de dégâts. Tard dans la nuit, l’armée israélienne a déclaré avoir frappé des « cibles terroristes dans la bande de Gaza ». La radio du Hamas a déclaré que certains des points de sécurité du groupe et un camp d’entraînement ont été pris pour cible par les avions et les chars israéliens.

Lire aussi :  Pourquoi David Sassoli est mort. Qu'est-ce que la légionellose, la bactérie qui l'a tué en deux semaines seulement ?

Aucune victime n’a été signalée. Le Hamas teste occasionnellement des roquettes, en les lançant dans la mer. Mais le lancement a probablement été causé par un dysfonctionnement, a déclaré le site d’information Paltimes, affilié au Hamas.

La frontière israélo-gazaouie a été largement calme après une guerre de 11 jours en mai au cours de laquelle 253 Palestiniens ont été tués, selon des responsables médicaux à Gaza. Les roquettes palestiniennes ont tué 13 personnes en Israël au cours des combats de mai. Mais le mercredi 29 décembre, des tirs en provenance de Gaza ont blessé un civil israélien et trois Palestiniens.

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News

Lire aussi :  L'Europe et la Corée vont coopérer contre le crime organisé et le terrorisme
Article précédentDiscussion animée entre Poutine et Erdogan. Les demandes de Moscou à l’OTAN
Article suivantLa première arrestation a été effectuée dans l’incendie du Parlement sud-africain. Après interrogatoire, un homme de 51 ans a été placé en détention.