Accueil Voyage Klaus Iohannis, carton rouge pour la taxe de solidarité – VIDEO

Klaus Iohannis, carton rouge pour la taxe de solidarité – VIDEO

45
0

Klaus Iohannis ne soutient pas la taxe de solidarité car il dit ne pas la considérer comme nécessaire dans le contexte actuel, alors même que la Roumanie ne parvient pas à collecter les impôts.

Interrogé sur sa perception des mesures proposées par la coalition et qui ont mis le PSD et le PNL dans des positions antagonistes, comme l’initiative sur l’impôt de solidarité, le président Klaus Iohannis a expliqué :

« Pour l’instant, il est bon de faire la distinction entre les mesures qui sont effectivement adoptées et mises en pratique, et nous voyons ces choses ces jours-ci, ce sont des actes normatifs du gouvernement qui déterminent ce qui se passera avec le budget de l’année prochaine, avec les impôts, les taxes, et les discussions qui sont des discussions politiques. Nous devons voir la situation telle qu’elle est. Nous avons une coalition de sociaux-démocrates et de libéraux. Chacun essaie de promouvoir ses politiques sur la base d’une certaine doctrine, mais cela ne signifie pas que le gouvernement les applique de manière aléatoire et mélangée. »

Lire aussi :  Corée du Nord, missile non identifié lancé en mer

L’engagement du PNRR sera honoré

« Pour l’instant, nous avons dit, il a été dit et il est respecté qu’aucun nouvel impôt ou taxe ne sera augmenté et qu’aucun nouvel impôt ou taxe ne sera introduit. Personnellement, je ne pense pas que cette taxe, la surtaxe, soit nécessaire, utile ou juste, pour le dire très clairement – mais il est évident que ces questions seront discutées au sein de la coalition. Le fait est que quelque chose de ce genre n’est pas introduit pour le moment, il est donc inutile de remplir une question qui a fait l’objet de discussions au sein de la coalition sans être appliquée dans la pratique. D’autre part, lors des discussions avec les dirigeants de la coalition, j’ai indiqué très clairement que nous devions respecter le cadre macroéconomique auquel nous nous sommes engagés, que nous devions réduire le déficit, que nous devions procéder à des réformes structurelles et que nous devions commencer à mettre en œuvre les réformes prévues par le PNRR. Attention ! Ils ne sont pas proposés, ils sont fixés. Nous, la Roumanie, sommes engagés à faire ces réformes et nous les ferons », a ajouté le chef de l’État.

Lire aussi :  Le programme SME Invest est prolongé de six mois. Les avantages de l'agriculture

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News!

Article précédentL’Union européenne va sanctionner le contractant militaire privé russe Wagner
Article suivantRichard Gasquet : « C’est inquiétant que la France n’ait pas de joueurs dans le top 10
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^