Accueil Internationales La Corée du Nord tente de rendre les exécutions plus discrètes

La Corée du Nord tente de rendre les exécutions plus discrètes

58
0

LA LIBRE BELGIQUE (Belgique), 16 décembre 2021 – Cette organisation, le Groupe de travail sur la justice transitionnelle (TJWG), a analysé des images satellites et recueilli 442 témoignages sur 23 personnes abattues ou pendues en public depuis l’avènement de l’Union européenne. Kim Jong Un au pouvoir en décembre 2011.

Selon des transfuges nord-coréens, les exécutions ont eu lieu dans des lieux fortement surveillés, les autorités faisant tout leur possible pour empêcher toute fuite d’informations, selon un rapport du TJWG publié mercredi. « Ces dernières années, la Corée du Nord semble choisir stratégiquement des lieux éloignés des zones frontalières pour procéder à ces exécutions », a déclaré le groupe de défense des droits.

Lire aussi :  La Syrie est au point mort. Parviendra-t-elle un jour à détruire les forces israéliennes ?

« De plus, la surveillance et le contrôle des spectateurs lors de ces événements ont été renforcés afin d’empêcher la diffusion d’informations sur les exécutions publiques en dehors du pays », ajoute l’organisation, avançant comme raison « un plus grand examen international » des violations des droits de l’homme en Corée du Nord.

Corée du Nord a longtemps été accusé de procéder à des exécutions publiques pour soumettre la population par la terreur. Kim Jong Un a même condamné à mort plusieurs de ses plus proches conseillers, notamment son puissant oncle Jang Song Thaek en 2013.

La Corée du Nord nie ces allégations, qu’elle qualifie de mensonges propagés par des transfuges, et affirme qu’elle respecte les droits de l’homme. Le pays ne publie pas de statistiques sur la peine capitale.

Lire aussi :  La Russie ne plaisante pas : elle effectue des exercices à balles réelles, y compris près de l'Ukraine.

Sur les 23 exécutions rapportés par TJWG, 21 ont été tués par balle et les deux autres par pendaison. Ils étaient souvent exécutés devant des centaines de spectateurs et les familles des condamnés étaient obligées d’y assister.

Sept des personnes exécutées avaient été condamnées pour avoir distribué ou regardé des vidéos en provenance de Corée du Sud, ce qui était strictement interdit par le régime.

TRADUCTION : RADOR

Article précédentL’ANPC aux commandes de la foire de Noël de Bucarest
Article suivantEn Allemagne, des militants anti-vaccins ont comploté pour assassiner un premier ministre.
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !