Accueil Internationales La fin de l’année 2021 marque un recul important pour l’OMS. Les...

La fin de l’année 2021 marque un recul important pour l’OMS. Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé accusent

74
0

Échec majeur pour les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ne parviendra pas à atteindre son objectif de vacciner au moins 40 % de la population de chaque pays d’ici la fin de l’année, principalement en raison de retards importants dans les campagnes de vaccination en Afrique.

Sur les 194 pays membres de l’OMS, environ la moitié n’atteindra pas cet objectif de vaccination. Près de 40 de ces pays n’ont même pas vacciné 10 % de leur population.

que les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont blâmé

L’OMS a imputé cet échec en grande partie à la décision de certains pays de constituer des stocks importants du vaccin COVID-19, en particulier certains des pays occidentaux riches, qui avaient déjà commencé à administrer des doses même surabondantes, selon Agerpres.

Au niveau mondial, plus de 8,6 milliards de doses du vaccin COVID-19 avaient été administrées mardi, mais la plupart de ces doses ont été inoculées dans des pays riches qui ont les moyens de conclure leurs propres contrats avec les fabricants de vaccins.

Lire aussi :  Des images aériennes montrent les conséquences des incendies en Australie.

Des dizaines de pays dépendent des fournitures fournies par COVAX, le programme de partage des vaccins de l’ONU pour le COVID-19 afin de vacciner les personnes dans les pays à faible revenu, ajoute la source.

Les pays riches ont été critiqués pour ne pas avoir fait d’efforts pour soutenir une distribution équitable des vaccins par le biais du COVAX. Cependant, les livraisons de doses par le biais du programme ont repris ces dernières semaines. La semaine dernière, COVAX avait distribué 722 millions de doses de vaccin COVAX-19 aux pays pauvres.

Ce que dit l’industrie pharmaceutique

Ces données dressent un tableau peu reluisant : L’OMS a annoncé que si en Allemagne environ 171 doses de vaccin ont été administrées pour 100 habitants, à Madagascar ce pourcentage est inférieur à 2,7% et en République démocratique du Congo il n’est que de 0,32%. Dans la plupart des pays africains, ce pourcentage se situe au mieux dans la partie inférieure de la fourchette à deux chiffres.

Lire aussi :  La Russie insiste pour que l'Europe négocie avec la Transnistrie

Mais les représentants de l’industrie pharmaceutique sont convaincus que ce n’est pas l’absence de doses de vaccin qui a provoqué ce déséquilibre. Selon les estimations publiées par l’association pharmaceutique IFPMA, quelque 1,4 milliard de doses de vaccin COVID-19 ont été fabriquées au cours du seul mois de décembre.

La même association estime que le scepticisme à l’égard de la vaccination atteint des niveaux élevés dans de nombreux pays, et que ces derniers rencontrent également des difficultés dans la distribution des vaccins.

L’OMS, cependant, est d’un avis différent et affirme que les pays concernés seraient prêts s’ils recevaient leurs doses de vaccin de manière organisée et selon un calendrier bien établi.

De nombreux pays se sont engagés à donner plus d’un milliard de doses ensemble. Toutefois, selon l’OMS, les livraisons visant ces doses mettent longtemps à se concrétiser. Certaines doses ne peuvent être administrées que quelques semaines avant leur date d’expiration, ce qui complique encore la distribution des vaccins dans les pays pauvres.

Article précédentLes Saoudiens dépensent des millions pour des chameaux lors du festival de Riyadh
Article suivantLes États-Unis se sont calmés. Le président polonais rejette le projet de loi controversé sur les médias
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !