Accueil Internationales La Hongrie, la Slovaquie, la Pologne et la République tchèque demandent de...

La Hongrie, la Slovaquie, la Pologne et la République tchèque demandent de l’argent à l’UE pour construire des murs : « Nous défendons nos frontières ».

58
0

Les chefs de gouvernement du groupe de Visegrad (V4 – Hongrie, Pologne, Slovaquie et République tchèque) ont exprimé leur solidarité avec Varsovie face à la crise migratoire à sa frontière avec le Belarus et ont demandé à l’Union européenne (UE) de financer des clôtures aux frontières extérieures de son territoire.

« Il n’y a jamais eu autant de pression aux frontières de l’UE », a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orbán lors d’une conférence de presse après avoir participé à un sommet avec ses homologues du V4.

Le chef du gouvernement hongrois s’en est pris une nouvelle fois à Bruxelles, comme il l’a fait à maintes reprises par le passé, en déclarant que l’UE « ne soutient que ce qui génère de l’immigration », comme les ONG et les divers programmes d’intégration des réfugiés.

Lire aussi :  Certificat vert, obligatoire au travail et dans les transports. La mesure entre en vigueur le mercredi 24 novembre

« Seulement pour les clôtures, il ne donne pas d’argent », a déclaré le leader ultranationaliste. « L’UE devrait financer au moins la moitié » des dépenses engagées par la Hongrie pour construire des clôtures à la frontière avec la Serbie en 2015.

« Le problème de la migration ne s’arrêtera jamais »

Son collègue polonais, l’ultra-conservateur Mateusz Morawiecki, a estimé que « l’UE devrait remercier Orbán d’avoir défendu les frontières pendant des années ».

Faisant référence à la crise des migrants à la frontière de son pays avec la Biélorussie, le Premier ministre polonais a accusé Minsk de « vouloir générer la désintégration de l’UE » en encourageant des milliers de réfugiés et de migrants, principalement originaires d’Irak, de Syrie et d’Afghanistan, à tenter de passer du sol biélorusse au territoire de l’UE. « Nous ne défendons pas seulement nos frontières, mais aussi celles de l’UE », a-t-il souligné.

Lire aussi :  Phénomène météorologique bizarre. Ces petites bêtes ont fait des centaines de victimes. L'un d'eux est mort en moins d'une heure !

Pour sa part, le Premier ministre tchèque par intérim, Andrej Babis, a critiqué l’actuelle lutte de l’UE contre le trafic illégal d’êtres humains, la qualifiant d' »inefficace » et prédisant que « …le problème de la migration ne cessera jamais« . (Rador)

Article précédentNouvelles conditions d’entrée pour les Roumains en Autriche
Article suivantLes agriculteurs de Transylvanie reçoivent 65 millions d’euros pour fournir des aliments de base aux hôtels
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !