Accueil Internationales La police de Hong Kong fait une descente dans la publication pro-démocratique...

La police de Hong Kong fait une descente dans la publication pro-démocratique Stand News

55
0

Stand News, le média pro-démocratique de Hong Kong, a fermé ses portes mercredi après que la police ait fait une descente dans ses locaux, gelé ses avoirs et arrêté les membres de son personnel pour des délits présumés de « publication séditieuse », dans le cadre des dernières mesures de répression contre les médias de la ville.

Mercredi 29 décembre, la police a perquisitionné les bureaux d’un autre média pro-démocratique considéré comme critique à l’égard du gouvernement de Hong Kong.

Le ministre des Affaires étrangères : La crise de Hong Kong est le PROBLÈME INTERNE de la Chine

Cette fois, c’était Stand News.

Il s’agit de la publication la plus importante en faveur de la démocratie après le tabloïd Apple Daily, aujourd’hui disparu, qui a été visé de la même manière au début de l’année.

Stand News a été fermé mercredi après que ses actifs aient été saisis, que des boîtes de preuves aient été emportées et que des cadres supérieurs aient été arrêtés pour des délits présumés de « publication séditieuse ».

Lire aussi :  La reine de Grande-Bretagne, un message plein de chagrin et d'amertume, pour Noël. Le Prince Harry publiquement humilié

Un raid soulève de nouvelles inquiétudes quant à la liberté de la presse dans l’ancienne colonie britannique.

Il est repassé sous domination chinoise en 1997 avec la promesse que les droits individuels seraient protégés, selon les groupes de défense des médias.

Le chef du département de la sécurité nationale de la police, Steve Li, a déclaré aux journalistes que Stand News publiait des informations et des commentaires incitant à la haine contre les autorités.

M. Li a déclaré que la police avait saisi des biens d’une valeur de 7,82 millions de dollars américains, ainsi que des ordinateurs, des téléphones et du matériel journalistique, et qu’il n’excluait pas d’autres arrestations.

Selon la police, 200 agents ont fait une descente dans le bureau de Stand News et plusieurs personnes, âgées de 34 à 73 ans, ont été arrêtées.

Lire aussi :  Les États-Unis vont former les troupes ukrainiennes en Roumanie

Parmi eux, le rédacteur en chef par intérim Patrick Lam.

Hong Kong. Parlementaires et militants pro-démocratie craignent pour l’avenir

Les médias ont indiqué que parmi les personnes arrêtées figuraient d’anciens membres du conseil d’administration, comme la chanteuse pop Denise Ho.

Reuters n’a pas pu contacter les personnes arrêtées ou leurs représentants légaux.

Le secrétaire général de Hong Kong, John Lee, a déclaré qu’il soutenait l’action de la police.

« Tous ceux qui tentent d’utiliser le travail des médias comme un outil pour poursuivre leurs objectifs politiques ou d’autres intérêts contraires à la loi, en particulier les crimes qui mettent en danger la sécurité nationale, ils sont l’élément maléfique qui nuit à la liberté de la presse. »

L’Association des journalistes de Hong Kong se dit « profondément préoccupée » par ces arrestations.

Article précédentLes Houthis ont tiré 430 roquettes et 851 drones sur l’Arabie saoudite depuis 2015, selon la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.
Article suivantUne nouvelle épidémie balaie l’Europe : la Roumanie a pris des mesures d’urgence. « C’est le plus violent jamais vu »