Accueil Internationales La question n’est pas de savoir si Poutine peut envahir l’Ukraine, mais...

La question n’est pas de savoir si Poutine peut envahir l’Ukraine, mais s’il est intéressé : pourquoi la Russie pourrait-elle intensifier son offensive ?

90
0

Pour l’instant, l’un des derniers chapitres était très récent. Ce vendredi, les autorités russes ont qualifié de « provocation » les actions d’un navire ukrainien naviguant près du détroit de Kerch qui n’aurait pas répondu aux ordres des navires russes.

La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zaharova, a déclaré qu’il était « évident » qu’il s’agissait d’une « nouvelle provocation en mer » et le Kremlin a mis en garde contre de possibles conséquences « graves » face au geste présumé de Kiev. « Ce qui s’est passé une fois de plus montre les dommages et les conséquences possibles qui peuvent résulter de ces actions provocatrices. Toute petite provocation peut avoir des conséquences très graves », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, selon l’agence de presse Sputnik.

De nombreuses indications laissent penser que l’invasion éventuelle de l’Ukraine par la Russie est sur le point de devenir une réalité, notamment en raison du déploiement croissant de troupes à la frontière. L’annexion totale de l’Ukraine est en fait l’une des obsessions de Poutine dans son intention de revenir presque à l’époque tsariste, avec lui aux commandes et une sorte d' »empire russe » dans le style de ce qu’il était à l’époque de l’URSS. Le Kremlin pense qu’il a les outils pour le faire.

Il y a quelques jours, le gouvernement russe a expliqué qu’il disposerait d’un nouveau missile hypersonique d’ici 2022. Et c’est là un autre élément de sa stratégie : l’histoire. « Nous ne voulons pas nous retrouver dans la situation extrême de devoir l’utiliser », avait alors déclaré Poutine. Il ne s’agit pas tant de recourir à ce genre d’outils que de faire savoir aux autres que Moscou en dispose. La Russie développe ce que l’on appelle la « diplomatie coercitive », qui consiste à exercer des pressions sur ce qu’elle considère comme ses rivaux stratégiques.

Lire aussi :  99% des cas de COVID-19 causés par le Delta : Une explosion de maladies est à venir. Nous allons payer le prix pour ne pas avoir pris de mesures sanitaires

Mais l’agenda impérial a un handicap et il est humain. La guerre d’il y a sept ans a entraîné de lourdes pertes matérielles, mais surtout des soldats qui sont partis au front. Cette histoire est une histoire que Poutine ne peut pas se permettre à nouveau. Les coûts seraient donc très élevés, surtout dans un scénario qui consisterait à vivre deux fois le même cauchemar en moins d’une décennie. Le président russe insiste : « La Russie et l’Ukraine sont un seul peuple ». Il l’a répété ad nauseam. Mais il sait qu’il ne peut pas perdre ce « peuple ».

L’UE est déjà en alerte au sujet de la Russie. Poutine pense comme ce qu’il est, un ancien officier du KGB. Il se plie en quatre en fonction du profit qu’il peut faire et s’il n’est pas assez important, il ne se lance pas. L’Union, quant à elle, se trouve à la croisée des chemins et a déjà lancé sa boussole stratégique. Il s’agit d’un plan visant à s’imposer comme un acteur indépendant dans une bataille géopolitique qu’il entend développer au cours des mois et des années à venir. Dans ce jeu, l’Ukraine est une pièce plus importante qu’il n’y paraît. Elle n’est ni membre de l’UE ni de l’OTAN, mais elle peut être protégée par les 27 s’ils le décident. L’Union européenne ne peut pas rester dans le no man’s land, car cela impliquerait de céder des « terres » à la Russie.

Lire aussi :  L'OTAN fait signe à la Russie de ne pas s'approcher des frontières de l'Ukraine

La Russie est une puissance géopolitique et souhaite que sa zone d’influence continue de s’étendre à court et moyen terme. L’Ukraine n’est qu’une étape sur cette voie. Son influence dans d’autres pays comme la Hongrie – Viktor Orbán a toujours eu de bonnes relations avec Poutine – pourrait également s’accroître, et les États baltes sont marqués en rouge sur la carte du Kremlin. Cette stratégie présente de nombreux avantages, mais sa réalisation dépend de plusieurs facteurs. Confronté à des crises successives, Poutine pourrait ne pas trouver utile d’accélérer les choses maintenant.

Traduction : RADOR

Article précédentMarion Bartoli : il n’y a qu’en France que l’image de Novak Djokovic est aussi ternie
Article suivantStefanos Tsitsipas explique comment il voit la pression et comment il la gère
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !