Accueil Internationales La Russie a envoyé des mercenaires dans les zones séparatistes d’Ukraine.

La Russie a envoyé des mercenaires dans les zones séparatistes d’Ukraine.

242
0

La a envoyé des mercenaires dans les zones séparatistes d’ pour aider ces régions à lutter contre le gouvernement légitime de Kiev. Selon des sources citées par les médias occidentaux jeudi, des civils russes armés sont arrivés dans l’est de l’Ukraine ces dernières semaines.

Plusieurs ressortissants russes ont admis avoir été contactés par une société qui recrute des mercenaires. Deux de ces personnes ont accepté la proposition d’aller en Ukraine. Une troisième personne a refusé l’offre. Ces offres sont faites aux personnes qui ont au moins une expérience militaire.

L’un des deux qui a accepté l’offre a révélé quelques détails. Il se rendrait à la frontière entre la Russie et la région de Luhansk. Cette région fait partie de l’Ukraine mais est officieusement sous contrôle séparatiste.

Lire aussi :  Manny Pacquiao révèle sa fortune et met au défi les responsables philippins de faire de même

Des civils russes sont engagés comme mercenaires

La situation à Luhansk ressemble à celle de la Transnistrie. La région de Transnistrie appartient à la République de Moldavie mais est contrôlée par des séparatistes russophones, soutenus par l’armée russe.

Le régime de Poutine nie les accusations selon lesquelles il envoie des combattants dans les régions russophones en dehors de la Russie. La position officielle de la Russie est que le recrutement est effectué par des entreprises privées, et non par le gouvernement russe. Moscou affirme que les civils russes qui partent en guerre dans l’est de l’Ukraine sont des “volontaires”.

Lisez Patrouilleurs des médias sur Google News !

Lire aussi :  La Grande-Bretagne annonce que l'armée doit être prête à se battre en Europe.
Article précédentBoris Johnson a envoyé un avertissement à Poutine. La Grande-Bretagne est prête à soutenir l’Ukraine
Article suivantViktor Orban porte un coup à la Cour européenne de justice. Les déclarations du PM hongrois sont sans équivoque