Accueil Cryptomonnaies Lagarde : les crypto-monnaies constituent une menace pour les sanctions russes

Lagarde : les crypto-monnaies constituent une menace pour les sanctions russes

165
0

Les crypto-monnaies sont considérées comme une menace pour les sanctions que les États-Unis et l’UE ont imposées à la Russie pour avoir envahi l’Ukraine. Cette opinion a été exprimée par la directrice de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, elle-même.

Selon elle, les Russes utilisent les crypto-monnaies pour éviter les sanctions économiques en convertissant les roubles en crypto-monnaies et en actifs numériques stables, puis éventuellement en d’autres actifs numériques.

Dans son mémoire, présenté lors du Sommet de l’innovation de la Banque des règlements internationaux, Mme Lagarde souligne que les autorités monétaires ont constaté une augmentation inhabituelle du volume des transactions en crypto-monnaies impliquant le rouble.

“Si vous regardez les volumes de roubles échangés en stablecoins, en cryptocurrences, en ce moment, ils sont au niveau le plus élevé que nous ayons vu peut-être depuis 2021”, a expliqué le responsable européen lors de la conférence virtuelle.

Elle a également déclaré que les monnaies numériques “sont certainement utilisées comme un moyen d’essayer de contourner les sanctions qui ont été décidées par de nombreux pays du monde entier contre la Russie et un certain nombre d’acteurs spécifiques.”

Les crypto-monnaies sont “une menace”.

Dans son discours, Mme Lagarde n’a pas directement désigné le gouvernement russe comme l’un des auteurs de l’évasion des sanctions par l’utilisation de crypto-monnaies. Au contraire, elle a souligné que la plupart des entreprises et des particuliers russes utilisent des actifs numériques à cette fin.

Lire aussi :  L'Ukraine a créé un musée des TNT avec des moments de la guerre.

Mme Lagarde voit dans les actifs numériques une menace pour la réalisation de l’objectif des sanctions, tout en profitant de l’occasion pour promouvoir les avantages de l’euro numérique, la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) que la BCE prévoit de lancer dans les prochaines années.

Le chef de la BCE a attesté que les CBDC “sont associées à la sûreté, la solidité et la sécurité et bénéficient de la confiance qui est souvent associée à l’institution financière nationale telle qu’une banque centrale”.

Elle a également prévenu que les monnaies numériques ne pouvaient pas servir d’échappatoire aux sanctions.

Les gouvernements européens “ont pris des mesures pour signaler clairement à tous ceux qui échangent, négocient, offrent des services en rapport avec les cryptoactifs qu’ils sont complices de la tentative d’échapper aux sanctions qui seraient autrement applicables”, a-t-elle souligné.

Les experts contredisent Lagarde

La semaine dernière, rien n’indiquait que la Russie ou le président Vladimir Poutine utiliseraient les crypto-monnaies pour échapper aux barrières économiques imposées, selon Jonathan Levin, cofondateur de la société d’analyse blockchain Chainalysis.

Lui-même et plusieurs experts du secteur ont déclaré à la commission bancaire du Sénat américain que le marché des crypto-monnaies est trop petit pour faciliter toute évasion des sanctions à grande échelle par les Russes.

Au 22 mars, le volume combiné des échanges de bitcoins libellés en roubles et de stablecoins USDT (ancrés au dollar) était inférieur à 9 millions de dollars sur les bourses de crypto-monnaies, selon la société de données Kaiko.

Lire aussi :  DIP, BUY et BEAR - les mots les plus discutés sur les médias sociaux

Cela ne représente qu’une fraction du volume global du bitcoin, qui est en moyenne de 20 à 40 milliards de dollars.

Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a prévenu que les crypto-monnaies pourraient représenter une “faille majeure” au cœur du système financier.

“Le risque d’utilisation abusive des crypto-actifs pour contourner les sanctions contre la Russie est un rappel important que ces marchés doivent être tenus aux normes les plus élevées – y compris en termes de connaissance du client, de lutte contre le blanchiment d’argent et d’exigences de divulgation”, a-t-il déclaré mardi.

De nouvelles sanctions contre la Russie

La Maison Blanche a révélé que le président Joe Biden et ses alliés européens tiendront un sommet d’urgence de l’OTAN à Bruxelles jeudi. M. Biden y rencontrera également le Groupe des 7 (G7) et assistera à une session du Conseil européen.

Un nouveau train de sanctions contre la Russie sera annoncé lors de la réunion avec les chefs de gouvernement européens. Selon le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, les nouvelles mesures visent à empêcher le Kremlin d’échapper aux sanctions économiques actuelles.

Il ne s’agit pas seulement d’ajouter de nouvelles sanctions, mais de veiller à ce qu’il y ait un effort concerté pour réprimer l’évasion”, a déclaré le fonctionnaire cité par Bloomberg.

Article précédentJournal de bord du front : les soldats russes souffrent d’engelures et luttent pour trouver de la nourriture
Article suivantTelegram dépasse WhatsApp en Russie