Accueil Internationales Le boycott des Jeux olympiques de Pékin se poursuit. Le Japon rejoint...

Le boycott des Jeux olympiques de Pékin se poursuit. Le Japon rejoint d’autres pays

46
0

Le Japon se range du côté des États-Unis. Hirokazu Matsuno, secrétaire général du cabinet, a annoncé la décision de ne pas envoyer de ministres aux Jeux olympiques de Pékin, mais a évité de qualifier cette décision de boycott.

« Nous pensons qu’il est important que la liberté, le respect des droits de l’homme fondamentaux et l’État de droit soient également garantis en Chine », a déclaré M. Matsuno. « Nous avons longuement réfléchi à notre réponse aux Jeux olympiques de Pékin ». Il a ajouté : « Nous n’utilisons pas de terme particulier pour décrire notre mode de participation. »

Le Japon enverra Seiko Hashimoto, une femme politique et ancienne olympienne qui était présidente du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020, aux Jeux de Pékin, qui débuteront le 4 février 2022.

Lire aussi :  La version Omicron a contourné un état. La Corée du Nord affirme n'avoir eu aucun cas d'infection au Covid-19

Les États-Unis ont annoncé leur boycott diplomatique pour protester contre les camps de travail et les violations des droits de l’homme de la minorité ouïgoure dans la région du Xinjiang. La Grande-Bretagne, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande ont annoncé qu’ils se joindraient au boycott, mais la France et la Corée du Sud ont déclaré qu’elles n’étaient pas d’accord avec cette action, selon le Times.

La Chine a répondu de manière assez agressive au boycott, accusant les pays d' »utiliser les Jeux olympiques à des fins de manipulation politique ». Un porte-parole du gouvernement a ajouté qu’aux Jeux olympiques, la Chine n’a pas encore invité l’Australie et les États-Unis et que personne ne devrait venir de ces deux pays.

Lire aussi :  Des mesures extrêmes dans un pays européen. Troisième dose de vaccin, trois mois seulement après le rappel !

Le Japon est sur une banquise.

Dans ce contexte, le Japon se trouve dans une situation diplomatique assez difficile. Bien qu’il compte beaucoup sur la protection des forces militaires américaines stationnées au Japon, notamment contre la menace de la Chine, il se garde bien de provoquer inutilement Pékin.

Une délégation de législateurs a fait pression sur Fumio Kishida, le premier ministre japonais, ce mois-ci, pour l’inciter à se joindre au boycott diplomatique. M. Kishida a déclaré qu’il voulait « examiner toutes les circonstances » avant de prendre une décision.

La Chine n’a envoyé qu’un seul vice-ministre des sports à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo en 2020, limitant les voyages à l’étranger pour tous les citoyens en raison de la pandémie.

Article précédentDes centaines de migrants laissés en Biélorussie dans des logements de fortune
Article suivantLa République de Moldavie resserre les conditions aux frontières. Test Covid requis
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !