Accueil Internationales Le Danemark est le premier pays de l’UE à autoriser la pilule...

Le Danemark est le premier pays de l’UE à autoriser la pilule Covid de Merck

43
0

Rejeté par la France car jugé insuffisamment efficace, le molnupiravir, le traitement anti-Covid de Merck, a été autorisé au Danemark pour les patients à risque présentant des symptômes le jeudi 16 décembre. Le Danemark est devenu le premier membre de l’UE à autoriser le traitement, commercialisé sous le nom de Lagevrio.

« Nous recommandons le traitement par pilule car nous pensons que les avantages l’emportent sur les inconvénients pour les patients les plus exposés aux formes graves de Covid-19 », a déclaré dans un communiqué une responsable de l’Agence nationale danoise de la santé (SST), Kirstine Moll Harboe. « Nous sommes pleinement conscients qu’il s’agit d’un traitement nouveau et non approuvé sur lequel nous n’avons pas encore beaucoup de connaissances », a admis la SST, qui assure qu’elle suit de près les effets du traitement.

Lire aussi :  La guerre en Ukraine est plus proche que jamais. Les discussions entre les États-Unis et la Russie avec des armes sur la table. Personne ne cède

Cette annonce intervient alors que le Danemark est confronté à une vague record de cas de Covid-19 et à une propagation de la nouvelle variante Omicron, qui devrait devenir dominante à Copenhague cette semaine.

Le nombre quotidien de nouveaux cas était de 8 770 mercredi, le chiffre le plus élevé jamais enregistré pour cette population de 5,8 millions d’habitants. « Nous espérons que ce traitement permettra de réduire le nombre d’hospitalisations chez les patients présentant un risque élevé de maladie grave », a ajouté Mme Moll Harboe. Au Danemark, 506 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 66 en soins intensifs.

Commercialisé sous forme de pilule, le traitement a été approuvé à la mi-novembre par l’organisme de réglementation européen pour une utilisation d’urgence avant l’autorisation formelle de mise sur le marché. Le Lagevrio est autorisé depuis novembre au Royaume-Uni et est en attente d’autorisation aux États-Unis, mais ses résultats moins espérés poussent certains pays à attendre.

Lire aussi :  La première mission de défense planétaire de la NASA est lancée ! La bataille d'astéroïdes pourrait sauver la planète. VIDÉO

Les résultats complets des essais cliniques publiés le 26 novembre par Merck/MSD montrent une efficacité moindre que celle annoncée début octobre sur la base des données intermédiaires. Selon ces résultats complets, le médicament réduit de 30% – et non de moitié comme annoncé initialement – le taux d’hospitalisation et de décès chez les patients à risque qui l’ont pris peu de temps après une infection à coronavirus.

La Norvège a signé mercredi un accord bilatéral avec Merck pour assurer la livraison rapide du médicament, mais elle attend toujours l’approbation de l’Agence européenne des médicaments.

Article précédentManifestations à Madrid contre la loi anti-LGBT
Article suivantL’Allemagne a expulsé deux diplomates russes
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !