Accueil High Tech Le gouvernement tchèque donne le ton en Europe : pas de charbon...

Le gouvernement tchèque donne le ton en Europe : pas de charbon pour l’énergie

55
0

Le gouvernement nouvellement installé de la République tchèque a présenté son programme politique vendredi, et une disposition importante concerne l’utilisation du charbon dans la production d’énergie. Les nouveaux dirigeants promettent que la production de charbon cessera d’ici 2033, et que la part de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables sera augmentée.

Les centrales électriques au charbon produisent actuellement près de 50 % de l’électricité tchèque.

« Nous créerons les conditions nécessaires à la transformation énergétique et au développement des régions charbonnières afin de rendre possible l’élimination progressive du charbon d’ici 2033″, a annoncé le gouvernement de Prague, dirigé par le Premier ministre conservateur Petr Fiala, rapporte blacknews.ro.

Lire aussi :  Nicolae Bănicioiu, envoyé au procès par l'ADN. Il a accepté un pot-de-vin de 800 000 euros !

Le gouvernement tchèque veut utiliser l’énergie nucléaire en plus de l’élimination progressive du charbon comme source d’énergie.

Parallèlement à l’abandon du charbon, la République tchèque souhaite devenir plus dépendante de l’énergie nucléaire, tandis que l’Allemagne voisine veut fermer toutes ses centrales nucléaires d’ici la fin de l’année.

L’Allemagne et d’autres pays de l’UE, comme l’Autriche, ont exprimé leur opposition à une proposition de la Commission européenne selon laquelle les centrales nucléaires et au gaz pourraient être considérées comme des investissements « verts » sous certaines conditions.

À la fin de l’année dernière, le Portugal a fermé sa dernière centrale au charbon. Et la Roumanie s’est engagée envers l’Europe à abandonner le charbon comme source d’énergie.

Lire aussi :  Prêtre Sorin Grecu, funérailles avec les honneurs jeudi et hommage mercredi au Monument ARIPI sur la Place de la Presse Libre
Article précédentLe taux de hachage du bitcoin chute de 13 % après la fermeture de l’Internet suite aux manifestations au Kazakhstan.
Article suivantDes dizaines de manifestants tués par les forces de sécurité kazakhes