Accueil Internationales Le Japon se sent attaqué. La Corée du Nord serait à l’origine...

Le Japon se sent attaqué. La Corée du Nord serait à l’origine de l’incident

37
0

La revendication est d’abord venue des garde-côtes japonais, qui ont déclaré qu’il pourrait s’agir d’un lancement de missile balistique, bien qu’aucune confirmation n’ait encore été donnée. Cet incident présumé intervient après l’annonce de la promesse de Kim Jong-un de renforcer les défenses nationales de l’État totalitaire malgré l’impact négatif de la pandémie de coronavirus sur l’économie.

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishia, a déclaré aux journalistes que la Corée du Nord avait lancé des missiles « à plusieurs reprises » depuis « l’année dernière », ce que le Premier ministre a qualifié d’action « très regrettable », selon Uniland.

Les autorités n’ont pas confirmé ce qui a été lancé, et les garde-côtes japonais n’ont pas pu fournir plus de détails que l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un missile balistique. « Notre armée maintient sa posture en vue d’un éventuel relancement tout en surveillant de près la situation en étroite collaboration avec les États-Unis », ont déclaré les chefs d’état-major sud-coréens dans une déclaration au Guardian.

Lire aussi :  Gendarmerie de la capitale, annonce concernant l'accès à la cathédrale patriarcale pour l'Épiphanie

Supposition de garde-côtes japonais

Ankit Panda, du programme de politique nucléaire du Carnegie Endowment for International Peace, a déclaré à BBC News : « Il n’y a aucun moyen d’évaluer s’il s’agissait d’un missile à longue portée volant sur une trajectoire courte. » Nobuo Kishi, le ministre japonais de la défense, a déclaré que le missile avait parcouru environ 500 km, bien que les experts disent qu’il n’y a aucun moyen de le confirmer.

Les allégations selon lesquelles la Corée du Nord a lancé un missile font suite à l’annonce de l’interdiction faite au pays de tester des missiles balistiques par le Conseil de sécurité des Nations unies. En outre, la Corée du Nord elle-même a suspendu tout essai d’armes nucléaires ou de missiles balistiques intercontinentaux, le dernier essai ayant eu lieu en 2017.

Les Etats-Unis veulent un dialogue avec la Corée du Nord

Cependant, en octobre, la Corée du Nord a lancé un nouveau missile balistique à courte portée et a continué à en tester depuis. L’année dernière, la Corée du Nord a poursuivi son programme d’armement, en testant un nouveau missile hypersonique.

Lire aussi :  L'ONU appelle les manifestants et les forces spéciales au Kazakhstan à rester "calmes".

Une ouverture diplomatique, présentée après le dernier essai de bombe nucléaire ou 2017, a eu lieu entre la Corée du Nord, les États-Unis et la Corée du Sud. Si Kim Jong-un a d’abord lancé les pourparlers, il n’a pas indiqué dans son dernier discours s’ils allaient reprendre.

Le président sud-coréen Moon Jae-in avait espéré parvenir à une résolution d’ici le mois de mai, date de la fin de son mandat, mais la probabilité que cela se produise est désormais incertaine. « Nous ne devons pas perdre l’espoir d’un dialogue pour surmonter cette situation. Si les deux parties de la Corée travaillent ensemble, la paix sera atteinte un jour », a déclaré Moon récemment. Les États-Unis espèrent toujours ouvrir un dialogue avec la Corée du Nord, selon le porte-parole du département d’État, Ned Price.

Article précédentLaurența Crudu nommé PDG de Sarcom
Article suivantEmmanuel Macron veut « embêter les non-vaccinés ».
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !