Accueil Internationales Le Kosovo demande à adhérer à l’UE, mais cinq États ne le...

Le Kosovo demande à adhérer à l’UE, mais cinq États ne le reconnaissent pas.

86
0

Le Kosovo a demandé à rejoindre l’Union européenne (UE) bien que son indépendance ne soit pas reconnue par cinq États membres, dont la Roumanie, rapporte Aleph News.

Lors d’une réunion avec les membres du Conseil de stabilisation et d’association à Bruxelles aujourd’hui, le Premier ministre kosovar Albin Kurti a fait part de l’intention du gouvernement de Pristina de demander officiellement l’adhésion à l’UE.

Les représentants de l’UE et la délégation kosovare ont discuté des développements récents concernant le respect des critères politiques, ainsi que de la situation concernant les critères économiques, la coopération financière et la mise en œuvre de l’accord de stabilisation et d’association.

Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, a déclaré mardi que la tenue d’une troisième réunion cette année à Bruxelles entre la Serbie et le Kosovo serait « complètement inutile », car « il n’y a aucune volonté » de part et d’autre d’avancer dans la normalisation de leurs relations bilatérales.

M. Borrell a expliqué qu’il n’y avait pas d’engagement de la part de Belgrade et de Pristina, c’est pourquoi il a exclu pour l’instant un nouveau cycle, qu’il a dit vouloir convoquer « si l’on peut garantir qu’il produira des résultats ». « Nous ne pouvons pas forcer les parties à s’engager de manière constructive, mais je dois gérer l’agenda en fonction des progrès possibles », a déclaré le Haut représentant.

Lire aussi :  La Russie va envoyer une "force de maintien de la paix" au Kazakhstan en réponse à l'agitation populaire.

Le Kosovo veut adhérer à l’UE, mais les relations avec Belgrade sont loin d’être normales

L’initiative diplomatique de l’UE vise à persuader Belgrade et Pristina de normaliser leurs relations dans des conditions contraignantes et conformément aux normes internationales, condition sine qua non de l’adhésion à l’UE. L’UE a relancé le processus en juillet 2020 après une pause de plus d’un an, mais après près d’une décennie d’efforts, peu de progrès ont été réalisés et les crises politiques actuelles dans la région sont intervenues.

Réfléchissant à l’avancement du processus, M. Borrell a déploré qu’il ait fallu « trop d’années » et a expliqué que la situation entre la Serbie et son ancienne province pouvait être résolue « maintenant et non dans trois ans », indiquant que les citoyens de la région ne devaient pas attendre plus longtemps.

Lire aussi :  L'Union européenne se prépare à la guerre. La Chine est au bord d'une épidémie

La Roumanie est l’un des pays qui ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo.

Depuis qu’il a déclaré son indépendance en février 2008, le Kosovo considère l’adhésion à l’Union européenne (UE) comme l’une des principales priorités stratégiques de sa politique étrangère. Toutefois, le processus d’adhésion s’est avéré plutôt difficile et compliqué.

Bien que 22 États membres de l’UE aient reconnu l’indépendance du Kosovo, les cinq États qui ne le font pas – la Slovaquie, la Roumanie, la Grèce, Chypre et l’Espagne – continuent de bloquer l’adhésion du Kosovo à l’UE. En conséquence, le Kosovo accuse un retard considérable par rapport au reste des pays de la région, étant le dernier pays à signer l’accord de stabilisation et d’association (ASA) en 2015 et le seul pays des Balkans occidentaux sans liberté de circulation pour ses citoyens.

Article précédentLe Congrès du PNL est en pleine confusion. Ce que les magistrats ont décidé
Article suivantIsraël frappe une ville portuaire syrienne