Accueil Voyage Le ministre Predoiu promet de fermer la Section spéciale

Le ministre Predoiu promet de fermer la Section spéciale

46
0

Le ministre Predoiu promet de fermer la section spéciale, avec l’avis du CSM et l’approbation du Parlement. Le ministre de la Justice, Cătălin Predoiu, a annoncé qu’il allait supprimer la Section spéciale d’enquête sur les infractions judiciaires (SIIJ). Elle est plus connue sous le nom de « Section spéciale ».

La Section d’enquête sur les crimes commis dans le cadre du système judiciaire (SIIJ) sera supprimée dans deux mois. Cătălin Predoiu, ministre de la Justice, a fait cette annonce à la fin de la semaine dernière.

Le SIIJ fait partie du Bureau du Procureur général et est directement subordonné au Procureur général.

 » La section d’enquête sur les infractions à la justice est une structure opérationnelle du parquet de la Haute Cour de cassation et de justice, qui est devenue opérationnelle le 23 octobre 2018. Conformément à la loi n° 304/2004 sur l’organisation judiciaire, telle que modifiée, la section d’enquête sur les infractions à la justice a la compétence exclusive de mener des poursuites pénales pour les infractions commises par les juges et les procureurs, y compris les juges et procureurs militaires et ceux qui sont membres du Conseil supérieur de la magistrature. La Section d’enquête sur les délits contre le pouvoir judiciaire conserve également le pouvoir d’engager des poursuites dans les cas où, outre les personnes susmentionnées, d’autres personnes font l’objet d’une enquête », peut-on lire sur le site Web du parquet général.

La suppression du SIIJ implique un changement de l’organigramme du parquet général, qui sera effectué par la loi. Le ministre Predoiu souhaite que le projet de la future loi reçoive un avis positif du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Ensuite, le projet doit être approuvé par le gouvernement et, enfin, par le parlement.

Lire aussi :  Cri de désespoir des employés de l'éducation

Le ministre veut un avis favorable du SCM

« Nous envoyons le projet au gouvernement au début ou à la mi-février afin que le Parlement ait le temps de l’approuver avant la fin du mois de mars. Je ne me vois pas aller au Parlement sans l’avis favorable du SCM ».

Cătălin Predoiu,

Ministre de la justice

Il y a un mois, le président de la Roumanie, Klaus Iohannis, a assisté au dernier examen du CSM. Le chef de l’Etat a demandé aux magistrats de respecter « les attentes des Roumains à l’égard d’un système judiciaire moderne, indépendant et fonctionnel ». Le Président a également demandé aux magistrats d’accepter la révision des lois sur la justice. Les nouvelles lois élimineront « les anomalies telles que celles générées par la Section d’enquête sur les infractions pénales en matière de justice ».

« La Roumanie a besoin d’un cadre législatif stable et cohérent, le processus de révision des lois sur la justice – achevé et les anomalies telles que celles générées par l’unité d’enquête sur les crimes de la justice – supprimées ».

Klaus Iohannis,

Président de la Roumanie

Iohannis estime que « la pandémie et les changements dans l’environnement politique interne ont ralenti les réformes entamées ces dernières années, mais elles ne peuvent plus être retardées ».

Le ministre de la Justice, Cătălin Predoiu, a expliqué il y a deux jours à un petit groupe de journalistes qu’il était déterminé à respecter le programme du gouvernement. Comme nous le savons, dans le domaine de la justice, l’une des promesses du programme gouvernemental est de supprimer le SIIJ.

Cet objectif sera atteint par un projet de loi. Des discussions sont en cours entre le ministère de la Justice et les membres du CSM pour rédiger le projet de loi. Le ministre Predoiu insiste pour obtenir l’avis favorable de la SCM pour ce projet. Théoriquement, cependant, l’avis n’a qu’un rôle consultatif. Une fois l’avis reçu, le projet sera envoyé au gouvernement, qui devra l’approuver. Cela sera fait au plus tard à la mi-février 2022. Enfin, une fois qu’il aura été approuvé par le gouvernement, le projet de loi sera soumis au Parlement. Le ministre Predoiu estime que d’ici la fin mars, le Parlement aura le temps de débattre et d’approuver la loi abolissant le SIIJ.

Lire aussi :  Ce que les Roumains pensent de l'intervention du gouvernement dans le domaine du changement climatique

La section spéciale ne sera fermée qu’avec l’accord de la coalition au pouvoir.

« Nous travaillons sur une formule technique, qui fera l’objet d’un accord, car il y a plusieurs obstacles. Le premier est l’obstacle politique, car il faut l’accord de la coalition gouvernementale », a expliqué le ministre Predoiu. L’accord de la Coalition peut être une indication que le projet de loi sera approuvé au Parlement.

Le ministre n’a pas présenté le projet de loi, mais a déclaré qu’il n’envisageait pas de mettre en place une nouvelle structure pour reprendre les fonctions du SIIJ. « Ce ne sera pas le SIIJ 2.0, j’insiste », a déclaré Cătălin Predoiu.

L’idée de dissoudre la section spéciale a également été soutenue, au moins au niveau des déclarations, par Stelian Ion (USR), lorsqu’il était ministre de la Justice. Cependant, il n’a pas atteint cet objectif. En conséquence, lorsqu’il l’a démis de ses fonctions de ministre, le Premier ministre Florin Cîțu a déclaré que l’un de ses griefs à l’égard de Stelian Ion était précisément la procrastination du projet de fermeture de la Section spéciale.

La fermeture de la section est également une condition de la levée de la surveillance de la Roumanie par le MCV.

Article précédentATP Adelaide 2 : Wildcard Aleksandar Vukic surprend Alexander Bublik au 1er tour
Article suivantLa star du Sydney FC se demande comment Rafael Nadal a pu entrer si tôt en Australie
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^