Accueil High Tech Le visa de Djokovic est annulé. Ce qui se passe ensuite

Le visa de Djokovic est annulé. Ce qui se passe ensuite

57
0

Le visa de Djokovic a été annulé. Le ministère australien de l’immigration a annoncé qu’il avait annulé le visa du tennisman Novak Djokovic, le joueur ATP le mieux classé.

L’Australie a révoqué le visa de Novak Djokovic pour la deuxième fois consécutive en raison d’informations selon lesquelles l’athlète se trouve dans le pays sans être vacciné. La décision, prise par le ministre de l’immigration Alex Hawke, signifie que le joueur de tennis sera expulsé.

Dans une déclaration reprise par la presse australienne, Alex Hawke a motivé sa décision d’annuler le visa de Novak Djokovic. « Aujourd’hui, j’ai exercé ma prérogative en vertu de la section 133C(3) de la loi sur les migrations pour annuler le visa détenu par M. Novak Djokovic au motif qu’il est dans l’intérêt public de le faire », a déclaré le ministre.

Selon la loi, Djokovic pourrait se voir refuser un visa d’entrée en Autriche pendant trois ans.

Le visa de Djokovic est annulé. Nole sera-t-il expulsé ?

La décision du ministre signifie que l’athlète sera expulsé. Cependant, il devrait jouer son premier match, prévu lundi à l’Open d’Australie.

Lire aussi :  Le Président du Parlement européen est décédé

Le visa de Djokovic a été révoqué pour la première fois peu après son arrivée à Melbourne le 6 janvier, après que les responsables de l’Australian Border Force ont déclaré que le sportif « n’avait pas fourni de preuves suffisantes » pour bénéficier d’une exemption de vaccin.

Il a également subi une pression énorme de la part du public australien, ainsi que des fans et des supporters dans son pays d’origine. Nole a été placé en détention, a passé des heures au contrôle de l’immigration à l’aéroport, puis a passé plusieurs jours dans un hôtel pour immigrés. Quelques jours plus tard, son visa a été accordé par un juge qui a décidé de sa libération. Mais vendredi soir, à Melbourne, le ministre Hawke a de nouveau annulé le visa de Djokovic en vertu de pouvoirs distincts prévus par la loi australienne sur les migrations.

Novak Djokovic a admis mercredi avoir rencontré un journaliste alors qu’il savait qu’il avait Covid-19, décrivant cela comme une « erreur de jugement ». Le dirigeant de l’ATP a déclaré qu’après avoir reçu le résultat positif, il s’est néanmoins rendu à une interview pour L’Equipe » dans son centre de tennis à Belgrade le 18 décembre parce qu’il « se sentait obligé » et « ne voulait pas décevoir le journaliste ».

Lire aussi :  Une ville chinoise impose le confinement à 13 millions de résidents

Djokovic pris en flagrant délit de mensonge

Djokovic a menti dans sa déclaration de voyage, mais rejette la faute sur son agent

Djokovic a également déclaré que la déclaration incorrecte remplie le 1er janvier, avant le voyage en Australie, « a été déposée par l’équipe en son nom ».

« Mon agent s’excuse sincèrement pour l’erreur administrative consistant à cocher la mauvaise case concernant mon précédent voyage avant de venir en Australie. Il s’agit d’une erreur humaine et certainement pas d’un acte délibéré », a-t-il ajouté.

Le leader de l’ATP est toujours dans le collimateur des autorités australiennes. Ils examinent les documents déposés par le numéro un mondial non vacciné et médicalement innocenté pour se rendre à Melbourne.

Selon les médias australiens, Djokovic aurait déclaré sur un formulaire qu’il n’avait pas voyagé dans les 14 jours précédant son vol vers l’Australie. Cependant, il aurait quitté la Serbie pour s’entraîner en Espagne pendant la période du Nouvel An.

Article précédentSalvador : un seul volcan a 90 % de chances d’alimenter en électricité toute la ville de Bitcoin.
Article suivantLes vétérans britanniques demandent le retrait des titres militaires du prince Andrew.