Accueil Internationales Les élections locales britanniques, un test pour Boris Johnson. L’actuel Premier ministre,...

Les élections locales britanniques, un test pour Boris Johnson. L’actuel Premier ministre, affaibli par les scandales de ces derniers mois

135
0

Les résultats de ces milliers de sondages locaux permettront d’évaluer le soutien des conservateurs à travers le pays et seront un indicateur de la force ou non de l’opposition travailliste.

Boris Johnson, 57 ans, a offert aux conservateurs une victoire historique lors des élections générales de décembre 2019, promettant de mettre fin à des années d’impasse politique et de mener à bien le Brexit, la sortie du pays de l’Union européenne.

Mais depuis décembre, il a été affaibli par le “partygate”, des fêtes organisées à Downing Street pendant les périodes de lockdown, et une hausse historique de l’inflation qui oblige les Britanniques à se serrer la ceinture.

Photo source : SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE UKRAINIENNE

Une enquête de police sur le Partygate a révélé que Boris Johnson avait enfreint la loi, ce qui est inédit pour un Premier ministre en exercice, et l’a condamné à une amende.

En janvier, les députés Conservateursconscient de l’indignation de l’opinion publique face à ses dénégations et ses doubles standards, semblait prêt pour un vote de défiance. Mais l’invasion de l’ par la , après laquelle M. Johnson a offert un soutien appuyé au président ukrainien Volodimir Zelenski, a repoussé toute révolte éventuelle.

Lire aussi :  Un bébé de trois mois a été retrouvé mort dans le congélateur. On a découvert que la mère avait des antécédents de ce genre.

Les mauvais résultats des conservateurs jeudi pourraient toutefois relancer les appels à son départ afin de mettre en place un leader avant des élections générales au plus tard en janvier 2025.

Le Partygate n’est pas la question qui inquiète le plus les électeurs.
“C’est le coût de la vie”, déclare Bob, un travailleur retraité de Dudley, dans le centre de l’Angleterre. “La nourriture devient plus chère, l’énergie devient plus chère… ils devraient se concentrer sur le coût de la vie.”

À 76 ans, Bob pense toujours que “ce que Johnson a fait avec le partygate était sérieux, ils se sont plus ou moins moqués de nous”.
Le Labour, principal parti d’opposition, avait gagné du terrain localement en 2018, les conservateurs étant accablés par le vote du Brexit deux ans plus tôt.

Keir Starmer, 59 ans, leader du parti en 2020, espère notamment regagner des sièges dans les régions du “mur rouge” (principalement le centre-nord et le nord de l’Angleterre) qui avaient abandonné son parti pour voter conservateur lors des dernières élections générales.

Selon les sondages, les travaillistes devraient remporter la majorité des sièges en Angleterre. En Écosse, ils espèrent gagner le Scottish National Party (SNP), le parti de centre-gauche le plus important d’Écosse, et consolider leur emprise au Pays de Galles.

Lire aussi :  Coopération militaire entre la Russie et la Chine. Vladimir Poutine annonce une nouvelle ère

Au-delà de Boris Johnson, l’avenir à long terme du Royaume-Uni pourrait également être menacé en Irlande du Nord, où des élections renouvelleront l’Assemblée provinciale dépassée.

Qu’est-ce que va sur choisir le Royaume-Uni ?

Le parti nationaliste Sinn Fein est pressenti pour devenir le plus grand parti, ce qui serait une première. Selon un sondage LucidTalk pour le Belfast Telegraph, il devance de six points le parti unioniste démocratique (DUP).
“Ce serait un changement radical si un nationaliste devenait Premier ministre”, a déclaré à l’AFP Deirdre Heenan, professeur de politique sociale à l’Université d’Ulster.

Le Brexit a également pesé lourd en Irlande du Nord, les partis unionistes craignant que les nouveaux accords commerciaux avec l’Union européenne menacent leur place dans l’union britannique et servent les idées nationalistes.

Autre inquiétude pour Boris Johnson, le SNP écossais promet de poursuivre son projet de référendum sur l’indépendance. L’Écosse a voté pour rester dans le Royaume-Uni en 2014, mais l’opposition écossaise au Brexit a remis la question sur le tapis, selon La Libre Belgique.(RADOR)

Article précédentIsraël outré par l’affirmation de Sergei Lavrov selon laquelle Hitler était juif
Article suivantLes manifestants chiliens ont affronté la police le jour même du 1er mai.
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !