Accueil Internationales Les États-Unis ont décidé. Ils sont prêts à négocier avec la Russie

Les États-Unis ont décidé. Ils sont prêts à négocier avec la Russie

41
0

Les exigences de la Fédération de Russie ne sont pas faciles à accepter pour l’Occident. Le ministère russe des Affaires étrangères a publié au début du mois un projet contenant une liste d’exigences en matière de sécurité. Le document, qui consiste en deux accords distincts avec les États-Unis et l’OTAN, demande des garanties occidentales contre l’expansion de l’OTAN vers l’est, des limitations au déploiement des forces de l’OTAN sur le flanc oriental de l’alliance, et l’interdiction du déploiement de troupes étrangères et de l’établissement de bases militaires étrangères en Ukraine et dans d’autres États post-soviétiques.

Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a laissé entendre en début de semaine que Washington élaborait sa propre liste de « propositions » à l’égard de la Russie. « Nous mettrons sur la table nos préoccupations concernant les activités russes qui, selon nous, sont préjudiciables à nos intérêts collectifs et à nos valeurs collectives », a déclaré M. Price, selon le rapport de la Commission européenne. L’intérêt national.

Réitérant les thèmes exprimés dans son essai de juillet sur l’histoire de l’Ukraine, M. Poutine a prévenu que Moscou ne tolérerait pas ce qu’il avait précédemment décrit comme la tentative de l’Occident de transformer l’Ukraine en une sorte d' »anti-Russie ». Le président russe Vladimir Poutine a qualifié la présence éventuelle de systèmes d’armes de l’OTAN en Ukraine de menace existentielle à long terme pour la sécurité de la Russie. »

Lire aussi :  Gazprom coupe le gaz si la Moldavie ne paie pas la facture dans les 48 heures

L’Alliance de l’Atlantique Nord a déjà écarté certaines des demandes du Kremlin, notamment l’interdiction légale pour l’Ukraine de demander son adhésion à l’OTAN. Certains des autres points du document, notamment la création d’un Conseil Russie-OTAN, une ligne directe entre les deux parties et des mesures réciproques pour affecter la démilitarisation en Ukraine, ont été considérés comme des demandes avantageuses par certains à Washington.

Les États-Unis sont prêts à dialoguer

Des responsables du Kremlin ont laissé entendre, sans détailler de plans spécifiques, que la Russie était prête à riposter militairement si ses demandes étaient rejetées. « Ils ont élargi les limites de ce qui est possible », a déclaré M. Rybkov au journal Interfax. « S’ils ne tiennent pas compte de nos demandes, nous nous occuperons de notre propre sécurité et agirons dans une logique similaire à celle de l’OTAN. Nous trouverons toutes les voies, moyens et solutions nécessaires pour assurer notre sécurité. »

Lire aussi :  Comment les États autoritaires abusent d'Interpol. Ce qui se cache derrière la nomination du nouveau chef de l'organisation. Don de 50 millions d'euros

M. Poutine ne semble pas discuter de l’accusation formulée par le ministre de la défense, Sergei Shigu, selon laquelle des entrepreneurs américains ont introduit clandestinement des « chars d’assaut avec des composants chimiques non identifiés » dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, afin de mettre en scène une « provocation » impliquant les forces séparatistes pro-russes. Washington a démenti ces allégations, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, déclarant que « les déclarations du ministre Shigu sont totalement fausses. »

Malgré les messages et les avertissements sévères de son administration, M. Poutine a qualifié le déroulement des négociations de « positif », ajoutant que « nos partenaires américains nous disent qu’ils sont prêts à entamer cette discussion. » Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que le premier cycle de négociations entre la Russie et l’OTAN commencerait début janvier. La déclaration de M. Lavrov est intervenue un jour seulement après que le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a annoncé, lors d’une conférence à Bruxelles, que l’alliance était prête à entamer un « dialogue significatif » avec la Russie.

Article précédentLes célébrations traditionnelles de Noël ont débuté à Jérusalem
Article suivantLe Père Noël sur des éléphants a apporté aux enfants de Thaïlande des masques et des désinfectants
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !