Accueil Internationales Les États-Unis se sont calmés. Le président polonais rejette le projet de...

Les États-Unis se sont calmés. Le président polonais rejette le projet de loi controversé sur les médias

83
0

Le président polonais a rejeté un projet de loi sur les médias qui, selon les critiques, visait à réduire au silence une chaîne d’information appartenant à Discovery et critiquant le gouvernement, en invoquant des inquiétudes quant à la pression que la loi exercerait sur les relations avec les États-Unis.

Le président polonais hospitalisé

Cette décision permet à la Pologne, membre de l’OTAN, d’éviter un conflit potentiellement explosif avec Washington, à un moment où les tensions en Europe de l’Est s’intensifient en raison de la menace que fait peser la Russie sur l’Ukraine.

Cette décision signifie qu’un projet de loi adopté au Parlement par les nationalistes au pouvoir, Droit et Justice (PiS), a été bloqué par un président élu comme leur allié.

Le président Andrzej Duda a déclaré lundi dans une déclaration télévisée que si la loi entrait en vigueur, elle pourrait violer un traité signé avec les États-Unis sur les relations économiques et commerciales.

« L’un des arguments pris en compte dans l’analyse de cette loi était la question d’un accord international conclu en 1990… ce traité parle de la protection des investissements », a-t-il déclaré.

« Il y a une clause qui dit que les investissements liés aux médias peuvent être exclus, mais elle fait référence aux investissements futurs. »

Lire aussi :  Opposition britannique : le Premier ministre Johnson a "enfreint la loi" et "menti".

Ce projet de loi, qui a été adopté de manière inattendue par le Parlement ce mois-ci, aurait renforcé les règles relatives à la propriété des médias étrangers, et aurait notamment empêché la chaîne d’information TVN24, détenue par la société de médias américaine Discovery Inc (DISCA.O), de fonctionner.

TVN, la société mère de TVN24, est détenue par Discovery, par l’intermédiaire d’une société enregistrée aux Pays-Bas, afin de contourner l’interdiction faite aux sociétés non européennes de détenir plus de 49 % des entreprises de médias polonaises. La loi, qui a suscité des protestations dans tout le pays, aurait empêché cette solution.

« Nous prenons note avec satisfaction et joie de la décision du président de la République de Pologne, Andrzej Duda, qui s’est prononcé en faveur de la liberté de la presse et du droit de choisir des téléspectateurs. »

a indiqué TVN Discovery Group dans une déclaration envoyée par courrier électronique.

Joanna Lichocka, députée du PiS, a déclaré au radiodiffuseur public Polskie Radio 24 qu’il était « surprenant » que M. Duda n’ait pas fait référence aux lacunes de la loi sur la propriété étrangère des entreprises de médias pour justifier sa décision.

Lire aussi :  La découverte d'un conchyliculteur chasse les voleurs d'huîtres

« Je ne le verrais pas en termes de trahison, mais de différence d’approche de ce qui est bon pour la République polonaise », a-t-elle déclaré.

Le PiS soutient depuis longtemps que les groupes de médias étrangers ont trop de pouvoir en Pologne, ce qui fausse le débat public.

Toutefois, les critiques affirment que les mesures prises à leur encontre visent à limiter la liberté de la presse et font partie d’un programme de plus en plus autoritaire qui a mis Varsovie en porte-à-faux avec l’Union européenne.

M. Duda a déclaré qu’il croyait généralement à la limitation de la propriété étrangère des médias, mais que toute réglementation devrait porter sur les investissements futurs dans le secteur, et non sur les propriétaires actuels.

« Il y a également la question du pluralisme des médias, de la liberté d’expression… J’ai pris cet élément sérieusement en considération ».

Duda a dit

Le chargé d’affaires américain à Varsovie, Bix Aliu, a remercié Duda sur Twitter « …pour son leadership et son engagement envers les valeurs démocratiques communes et pour avoir protégé le climat d’investissement de la Pologne. »

Lire ROMANIA LIBERA et sur Google News.

Article précédentLa fin de l’année 2021 marque un recul important pour l’OMS. Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé accusent
Article suivantIl a choisi de mourir pour échapper au tourment ! Un grand réalisateur s’est suicidé à 46 ans