Accueil Internationales L’Espagne s’engage dans une nouvelle voie politique vers les élections de 2023

L’Espagne s’engage dans une nouvelle voie politique vers les élections de 2023

176
0

Le cours politique a commencé en en vue des élections élections régionales et municipales de l’année prochaine, mais surtout dans l’optique de la aux élections générales de décembre 2023.

Seuls deux candidats des cinq principaux partis au niveau national restent à la tête de leur formation respective depuis 2019 : Pedro Sánchez (Partido Socialista Obrero Español, PSOE) et Santiago Abascal (Vox, extrême droite). Il s’agira de la première campagne électorale nationale pour les secrétaires généraux du Parti populaire (PP) conservateur, Alberto Núñez Feijóo, de Unidas Podemos (Ione Belarra) et de Ciudadanos (Inés Arrimadas).

On s’attend à ce qu’un PP grandi exerce une opposition féroce, en essayant de pêcher les électeurs centristes, principalement ceux du parti moribond Ciudadanos, et de repenser les milliers de personnes qui ont penché vers l’extrême droite.

En ce moment, tous les sondages montrent que s’il y avait des élections dans le pays en ce moment, le PP les gagnerait.

La crise énergétique avec des prix de l’électricité et du gaz qui montent en flèche, ainsi qu’un IPC galopant avec un chômage menaçant sont, sans aucun doute, les principaux maux de tête des Espagnols, qui espèrent que la huitième vague du coronavirus n’arrivera pas et que les vaccins se révéleront une fois de plus efficaces.

Lire aussi :  Le Celta de Vigo contre le Real Madrid. Résumé de la 2e journée du Championnat d'Espagne

À cela s’ajoutent le renouvellement du pouvoir judiciaire, qui continue à battre des records d’impasse, la demande imminente de grâce pour l’ancien président de l’Andalousie, José Antonio Griñán, condamné à six ans de prison pour détournement de fonds et prévarication, et la situation interminable de la Catalogne (dont les dirigeants continuent à insister sur l’indépendance), dont le gouvernement menace la stabilité du gouvernement de Pedro Sánchez, notamment en ce qui concerne le budget.

Tous ces facteurs, plus d’autres qui pourraient survenir, feront de l’année une année chargée, mais la vérité est que les élections marqueront, et marquent déjà, la nouvelle année politique.

Le front économique est sans doute le grand champ de bataille où PSOE et PP vont marquer leurs stratégies en cette nouvelle année politique qui pourrait déboucher sur des élections anticipées. Le gouvernement et l’Union européenne ont prévenu que l’automne serait très difficile. En effet, l’éventualité d’une récession n’est pas écartée, d’où l’importance de bien gérer l’économie.

Lire aussi :  Espagne - Suisse : jour, heure, comment et où regarder le match de la Ligue des Nations 2022-2023

La crise énergétique a déclenché l’inflation et ralenti la croissance. De même, les prix du pétrole, de l’électricité, du gaz et des matières premières joueront un rôle direct dans l’évolution de l’économie.

En brefles experts considèrent qu’il s’agit d’un scénario d’incertitudes dont affectera directement sur la dette et les déficits publics, le PIB, l’emploi, les marchés boursiers et surtout la vie politique.

En théorie, les urnes ne seront sorties que pour les élections municipales et régionales (dans toutes les régions autonomes sauf la Catalogne, l’Andalousie, la Galice et le Pays basque) en mai, mais les élections générales, qui devraient avoir lieu fin 2023, pourraient être avancées.

ATC

Article précédentInterruption du service Waze aujourd’hui 6 septembre 2022
Article suivantL’Apple Watch 8 Pro devrait être plus grande, plus volumineuse et axée sur le fitness.
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^