Accueil Internationales L’État américain dont l’administration sera exclusivement musulmane : « Nous n’essaierons pas d’imposer...

L’État américain dont l’administration sera exclusivement musulmane : « Nous n’essaierons pas d’imposer nos croyances aux autres ».

141
0

Au cours des 99 années qui ont suivi son incorporation, tous les maires de Hamtramck ont été des Américains d’origine polonaise. Cette coutume prendra fin le 2 janvier 2022, l’année du centenaire de Hamtramck, lorsque Amer Ghalib sera inauguré maire, avec un conseil municipal entièrement musulman.

Le premier gouvernement municipal musulman du Michigan

Hamtramck deviendra la première ville connue dans USA avec une administration entièrement musulmane, selon le Muslim Public Affairs Council, qui dit ne pas avoir connaissance d’une autre administration de ce type.

Le maire élu Ghalib est né au Yémen et est arrivé aux États-Unis par ses propres moyens alors qu’il était un jeune homme avec peu d’anglais. Aujourd’hui âgé de 42 ans, il travaille dans le domaine médical et étudie pour devenir médecin.

Apparemment, l’apogée d’Hamtramck est terminée. La ville était en déclin. De nombreuses usines avaient fermé. De nombreux Américains d’origine polonaise de deuxième et troisième génération ont déménagé dans la banlieue de Détroit et au-delà au cours des deux dernières décennies. Les immigrants, principalement originaires du Yémen et du Bangladesh, ont pris leur place, et Hamtramck, selon les habitants, est maintenant majoritaire… Musulman.

« Nous sommes des musulmans. Nous sommes fiers de nos convictions. Mais nous n’essaierons pas de les imposer aux autres ».

Hamtramck est un palimpseste, où les nouveaux immigrants ont déposé des couches de culture et de société sur ce qui existait déjà. Vous pouvez déguster un foul yéménite – un ragoût de haricots épicé – et des toasts pour le petit-déjeuner, mais vous pouvez aussi trouver une kielbasa ou un pierogi pour le déjeuner. Et Hamtramck est à nouveau en plein essor, l’une des villes à la croissance la plus rapide de l’Union européenne. Michiganselon les chiffres du recensement. Les nouveaux immigrants réparent les maisons délabrées, ouvrent des magasins et des restaurants. Et quoi de plus américain que de s’immerger dans la politique locale ?

« Ce soir est un exemple réel que le rêve américain est vivant dans le pays des opportunités », a déclaré M. Ghalib à la foule enthousiaste rassemblée pour célébrer sa victoire écrasante lors des élections de début novembre. Il a battu la titulaire du poste, Karen Majewski, qui occupait ce poste depuis 16 ans.

Le nouveau conseil ne compte qu’un seul membre d’origine américaine : Amanda Jaczkowski, qui réside dans le Michigan. Sa famille, d’origine polonaise américaine, fréquente la même église catholique voisine depuis cinq générations. Elle s’est convertie à l’islam en 2012.

« L’une des grandes inquiétudes des gens est que nous allons nous débarrasser des bars. Nous ne pouvons pas nous débarrasser des bars », a déclaré M. Jaczkowski. Elle et ses collègues conseillers ne veulent pas supprimer les bars car l’islam interdit l’alcool aux adeptes de la foi, mais pas aux autres.

« Ce ne sont pas nécessairement de mauvais endroits à bannir parce qu’on ne s’attend pas à ce qu’ils… ». [nemusulmanii] de vivre selon les mêmes règles que nous », a-t-elle déclaré à propos des lieux en question. Son opinion a été reprise par le maire élu.

« Nous sommes musulmans », a déclaré Ghalib dans la salle du conseil de la mairie qu’il présidera bientôt. « Nous sommes fiers de nos convictions et de nos valeurs. Mais nous n’essaierons pas de les imposer aux autres », a-t-il affirmé.

Lire aussi :  Les États-Unis sur la discussion des propositions de l'OTAN par la Russie

M. Jaczkowski a ajouté : « Nous prêterons serment de protéger la Constitution des États-Unis. Et la Constitution des États-Unis prévoit la séparation de l’Église et de l’État. »

Les premières fissures entre la culture du Moyen-Orient et l’Amérique moderne

Le maire élu et son conseil promettent une séparation de la mosquée et de l’État. C’est la loi, disent-ils, et aussi leur intention.
« Je pense que ça va aller ! » a déclaré Mara Popovska en lavant les cheveux d’une cliente âgée dans le salon qu’elle tient depuis des décennies dans la rue principale de la ville. Mais le mari de Popovska veut se lever et partir. « Il n’a plus d’amis », a-t-elle dit. « Donc il ne veut pas rester. »

Le pourcentage de Polonais américains à Hamtramck est maintenant à un chiffre.

« Qui a encore des amis ? » s’exclame sa cliente, Theresa Smith. « Les miens sont tous morts ! » Mme Smith, une Américaine d’origine polonaise, est née à Hamtramck, a vécu dans la même maison pendant toute la durée de ses 85 ans et dit qu’elle a l’intention de mourir ici.

« Il y a des changements tout au long de votre vie et vous devez aller au rythme de ces changements », a dit Mme Smith alors que Mme Popovska lui attrapait les cheveux. « Je veux dire, tout le monde pourrait se plaindre de l’un ou l’autre. Nous sommes humains », a-t-elle ajouté.

Popovska se plaint que ses nouveaux voisins ne sont pas aussi propres qu’elle le souhaiterait. « Je nettoie tous les jours, ils ne font que jeter ! » dit-elle. Mais en tant que propriétaire, elle reconnaît que la rue principale est plus vivante depuis que les nouveaux immigrants y ont emménagé.

Mme Smith dit qu’elle se réjouit de l’évolution des visages de sa ville. « Ils sont venus en ville. Ils réparent joliment les maisons », a-t-elle déclaré. « Quand quelqu’un dit quelque chose contre eux, je me mets en colère. Parce que tous nos parents sont venus de quelque part à un moment donné. »

« Il n’y a aucune raison » d’obliger les femmes à se couvrir les cheveux

Lorsque les immigrants musulmans sont arrivés en grand nombre à Hamtramck il y a une dizaine ou une vingtaine d’années, certains habitants n’ont pas apprécié l’appel à la prière que l’on pouvait entendre grâce aux haut-parleurs installés sur les toits des mosquées.

« Cela vient davantage des personnes qui ont quitté Hamtramck que de celles qui sont restées », selon M. Jaczkowski. L’objectif, selon Mme Jaczkowski, est de rendre Hamtramck accueillante et sûre pour tous. Il n’est pas prévu, par exemple, que l’administration oblige toutes les femmes à se couvrir les cheveux en ville. « Il n’y a aucune raison pour cela ! » a-t-elle dit.

Mais il y a eu un certain malaise lorsque pas une seule femme yéménite-américaine n’a assisté à la célébration de la victoire de Ghalib, tard le soir de l’élection. « Six filles ont travaillé dans ma campagne, six femmes », a-t-il déclaré. Mais aucun d’entre eux n’était là.

« Le résultat a été annoncé tard dans la nuit, vous savez, vers 10 ou 11 heures », a-t-il expliqué. « Et dans une partie de la culture, les femmes ne sortent pas la nuit, la plupart du temps. Et, vous savez, il y a toujours une certaine ségrégation lors des événements, même quand ils y participent. »

Lire aussi :  Chaos à la Maison Blanche, la presse est en alerte. Biden doit être remplacé. Pas Kamala Harris. Qui est le mystérieux successeur

Jaczkowski était là cette nuit-là. « L’une des choses que les gens doivent comprendre est que les femmes yéménites ici n’ont pas besoin d’être secourues », a-t-elle déclaré. « J’ai envoyé des SMS à quelques-uns de mes amis et je leur ai demandé : « Vous voulez être là ? ». Et ils ont dit qu’ils ne voulaient pas. »

Le maire de Hamtramck refuse de promouvoir le drapeau LGBT

Un autre point de friction potentiel entre la culture du Moyen-Orient et l’Amérique moderne est apparu l’été dernier lorsque la commission des arts et de la culture de Hamtramck a proposé de faire flotter un drapeau de la gay pride devant l’hôtel de ville.

« Je ne suis ni pour ni contre. Je soutiens le droit de chacun à pratiquer ce qu’il veut. Mais ils ne devraient pas en faire une question de gouvernement », a déclaré Ghalib. « Ils peuvent le faire n’importe où ailleurs, dans leur maison, dans la rue. Je ne suis pas contre. Ça ne me dérange pas. »

Ghalib soutient que maintenant vous ne pouvez plus être en faveur de l’aviation. le drapeau LGBT à l’hôtel de ville et gagner les élections à Hamtramck. Ghalib ne veut pas que la question revienne devant le conseil. « On ne devrait pas en discuter parce que cela divisera, cela augmentera les clivages dans la communauté », a-t-il dit, avant d’admettre qu’il ne veut jamais être obligé de voter sur la question.

Il convient de noter que l’armée américaine n’autorise pas le déploiement du drapeau de la fierté nationale sur les bases militaires. Et le conseil municipal de Roseville, en Californie, a voté cet été l’interdiction d’arborer le drapeau LGBT ou d’autres drapeaux non gouvernementaux à l’hôtel de ville. Et il s’avère qu’il n’y a pas de musulmans au conseil de Roseville.

« La politique ne doit pas être un coupe-gorge ».

Lynn Blasey, du comité des arts et de la culture de Hamtramck, a soutenu le déploiement du drapeau. Elle s’est présentée au conseil municipal à l’automne et a perdu. « Nous avons décidé que nous voulions faire quelque chose de plus pour la communauté LGBT, en plus de lire une déclaration au début du mois lors de la réunion du conseil municipal », a-t-elle déclaré. « Notre objectif était de faire savoir à la communauté LGBT ici à Hamtramck qu’elle n’est pas seule et qu’il existe des services pour la soutenir. »

Mme Blasey a déclaré que malgré sa défaite, elle continuerait à travailler avec le conseil, avec les candidats qui l’ont battue, pour le bien de la communauté. « Je pense que c’était un message important à envoyer à la communauté », dit-elle. « La politique n’a pas à être tranchée et sèche. »

La maire élue Ghalib sait que les projecteurs nationaux braqués sur le conseil municipal entièrement musulman de Hamtramck rendront sa tâche plus difficile. Il essaie de bloquer cela.

Les gens demandent : « Qu’est-ce que vous en pensez ? C’est une première. » Je suis un peu comme : « Les premières sont géniales. » Et maintenant, nous devons prouver qu’il importe peu que l’administration soit (exclusivement) musulmane », a déclaré M. Jaczkowski, membre du conseil municipal, à CNN.

Article précédent3 conseils pour trouver les vols les plus avantageux
Article suivantLes formalités administratives changent-elles ? Tout sera réglé à l’hôtel de ville. « Personne n’aura à révéler les raisons »
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !