Accueil Internationales L’UE prend position sur la condamnation d’Aung San Suu Kyi au Myanmar

L’UE prend position sur la condamnation d’Aung San Suu Kyi au Myanmar

63
0

L’Union européenne (UE) a « fermement condamné » lundi la peine de quatre ans de prison prononcée par le régime militaire du Myanmar à l’encontre d’Aung San Suu Kyi, qui a depuis été réduite de moitié, dénonçant un « verdict politiquement motivé » dans une déclaration au nom des 27 États membres, rapporte l’AFP.

« Ce verdict à motivation politique est un nouveau revers majeur pour la démocratie (dans le pays) après le coup d’État militaire du 1er février 2021 », a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, selon agerpres.ro.

« Cette procédure constitue une tentative claire d’exclure les dirigeants démocratiquement élus (…) du processus de dialogue inclusif », « un nouveau pas vers la rupture de l’état de droit et une nouvelle violation flagrante des droits de l’homme » au Myanmar, ont déploré les 27.

Lire aussi :  OTAN, dernières nouvelles ! Envoie des troupes en Roumanie. Alerte maximale à la frontière

L’UE « réitère ses appels urgents à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus politiques ainsi que de toutes les personnes détenues arbitrairement après le coup d’État », ajoute le communiqué.

Assigné à résidence, le lauréat du prix Nobel de la paix, âgé de 76 ans, a été condamné lundi à quatre ans de prison pour incitation au désordre public et violation des règles sanitaires liées au COVID-19.

L’UE désapprouve la condamnation politique d’Aung San Suu Kyi, pourtant réduite de moitié par le régime militaire

Peu après, sa peine a été réduite à deux ans de prison à la suite d’une grâce partielle accordée par le chef de la junte militaire, selon la télévision d’État du Myanmar.

Lire aussi :  La Hongrie organisera un référendum sur les questions LGBT. Les questions auxquelles les Hongrois devront répondre

Un nouveau verdict contre Aung San Suu Kyi est attendu le 14 décembre pour une autre infraction à la loi sur les catastrophes naturelles.

« Les actions des militaires témoignent du mépris total de la volonté du peuple, clairement exprimée lors des élections de novembre 2020 », dénonce l’UE.

Les dirigeants de l’UE déplorent « l’incapacité » de la junte à rétablir la démocratie alors que la situation, aggravée par la pandémie de COVID-19, la violence et les conflits généralisés, risque d’entraîner le pays « vers une crise humanitaire de grande ampleur ».

Article précédentMarin Cilic explique ce qu’il pense des changements apportés à la Coupe Davis
Article suivantMichael Stich veut que Zverev remporte un Grand Chelem en 2021 après son énorme saison