Accueil Internationales L’Ukraine, la Pologne et la Lituanie sont unies. Ils veulent que la...

L’Ukraine, la Pologne et la Lituanie sont unies. Ils veulent que la Russie réponde de l’action militaire

82
0

Lundi, alors que les chefs d’État de la Pologne, de la Lituanie et de l’Ukraine se sont rencontrés pour discuter de questions de sécurité nationale, la Russie a menacé l’OTAN d’une nouvelle action militaire si elle n’était pas disposée à négocier des garanties de paix. Moscou a ouvert le sujet des armes nucléaires, avec le Belarus comme allié.

Dans tout ce conflit, il n’y a pas que l’Ukraine. La Pologne et la Lituanie pourraient également être touchées. C’est pourquoi les chefs d’État des pays énumérés ci-dessus se sont rencontrés pour discuter des questions de sécurité nationale. Andrzej Duda, président de la Pologne, et Gitanas Nauseda, chef d’État de la Lituanie, ont rendu visite lundi à leur homologue Volodimir Zelenski.

La rencontre des trois chefs d’État a eu lieu dans la ville ukrainienne de Huta. Les responsables ont discuté de questions de sécurité nationale et ont envoyé un message de solidarité dans le contexte des tensions avec la Russie. Ils ont également demandé des sanctions plus sévères pour les actions militaires russes près des frontières.

« Nous appelons la communauté internationale à intensifier les sanctions à l’encontre de la Fédération de Russie dans le contexte de l’agression continue contre l’Ukraine et nous exhortons une fois de plus le Kremlin à réduire les tensions en retirant les troupes des frontières de l’Ukraine et des territoires temporairement occupés », déclare Andrzej Dud.

Lire aussi :  La Belgique fermera ses sept réacteurs nucléaires d'ici 2025

« Notre objectif commun est de contrer les menaces générées par la Russie et de défendre l’Europe contre les politiques agressives de la Russie. L’Ukraine, la Pologne et la Lituanie sont actuellement à l’avant-garde de la dissuasion », a déclaré Volodimir Zelenski, selon Mediafax.

L’Ukraine craint que la Russie n’organise un coup d’État ou même un conflit militaire dans les régions séparatistes d’Ukraine orientale. Selon les autorités de Kiev, près de 100 000 soldats russes ont été déployés à la frontière ukrainienne. Selon des sources américaines citées par le Washington Post, la Russie prépare une offensive impliquant 175 000 soldats.

La Russie nie toutes les allégations et appelle à des négociations de l’OTAN sur les garanties de défense.

Les autorités de Moscou affirment qu’elles ne préparent aucune attaque militaire et que la situation à la frontière ne vise qu’à assurer la défense de leur propre territoire. Ils nient toutes les accusations portées contre eux, mais accusent à leur tour l’Alliance de l’Atlantique Nord. Il aurait entamé des activités militaires dans des États d’Europe de l’Est, notamment sur le territoire de l’Ukraine.

Vladimir Poutine a présenté une série de conditions pour maintenir la paix et exige des garanties de la part de l’OTAN. Le président souhaite que l’alliance ne s’étende pas vers l’est et qu’elle n’installe pas d’équipements militaires près des frontières de la Russie.

Lire aussi :  Grosse erreur commise par le secrétaire américain à la Défense. Une incroyable confusion qui n'est pas du goût des Russes.

« La Russie est sérieusement intéressée par l’obtention de garanties juridiques crédibles excluant l’expansion de l’OTAN vers l’est et l’installation d’équipements militaires offensifs dans les pays voisins de la Russie », a annoncé le Kremlin. Selon un collaborateur du président russe, le président chinois Xi Jinping a annoncé qu’il partageait les préoccupations de Vladimir Poutine et qu’il soutenait l’appel du président russe à des garanties de sécurité de la part de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Lundi, Moscou a annoncé de nouvelles mesures militaires en réponse aux actions de l’OTAN. Les autorités russes disent vouloir la paix à leurs frontières, mais si nécessaire, elles donneront suite aux mesures prises par l’Alliance.

« Si des armes offensives sont déployées sur les territoires des États de l’OTAN et peuvent atteindre nos centres militaires, nous devrons créer de nouveaux systèmes similaires », a déclaré lundi Alexander Grushko, vice-ministre russe des Affaires étrangères, selon AP.

« Nous avons dit que nous devrons trouver des moyens de riposter, y compris des moyens militaires et une technique militaire, si l’OTAN ignore nos préoccupations », a déclaré Sergei Ryabkov, un autre vice-ministre russe des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse Tass.

Article précédentElon Musk affirme que Neuralink est supérieur à Metaverse sur le long terme
Article suivantLe premier SMS au monde est mis aux enchères via NFT
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !