Accueil Internationales L’Union européenne va sanctionner le contractant militaire privé russe Wagner

L’Union européenne va sanctionner le contractant militaire privé russe Wagner

57
0

L’Union européenne imposera lundi des sanctions à l’encontre de l’entrepreneur militaire privé russe Wagner Group, ainsi qu’à l’encontre de trois entités et de sept ou huit personnes, a déclaré un haut fonctionnaire de l’UE, après que la France a insisté pour que des mesures punitives soient prises en invoquant des violations des droits de l’homme, rapporte Reuters, selon g4media.ro.

Plus d’une douzaine de personnes ayant des liens avec le groupe Wagner ont précédemment déclaré à Reuters avoir effectué des missions de combat clandestines pour le compte du Kremlin en Ukraine, en Libye et en Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré en décembre 2018 que les entrepreneurs militaires privés russes ont le droit d’opérer et de poursuivre leurs intérêts partout dans le monde, tant qu’ils ne violent pas la loi russe. En janvier 2020, M. Poutine a déclaré que le groupe Wagner, dont les membres sont pour la plupart d’anciens militaires russes, ne représente pas la Russie et n’est pas rémunéré par l’État russe.

Moscou a répété à plusieurs reprises à l’Union européenne que les sanctions imposées à ses citoyens s’apparentaient à une ingérence dans les affaires intérieures de la Russie et pouvaient susciter des représailles.

Lire aussi :  Pérou : Le président visé par une enquête pour trafic d'influence. VIDÉO

« Wagner est actif en Syrie, en Libye, en Ukraine, et les sanctions sont liées à de graves violations des droits de l’homme dans divers pays », a déclaré le haut fonctionnaire européen, selon g4media.co.uk.

« Plus que le nombre, ce qui est important dans ce paquet de sanctions, ce sont les noms et les activités des personnes concernées », a souligné le diplomate européen, cité par l’AFP.

L’Union européenne donne ces sanctions à l’entrepreneur Wagner comme réponse globale aux actions de la Russie

Il s’agit d’une « réponse globale aux actions du pays (la Russie) qui accueille Wagner », déclare un autre diplomate européen.
« Wagner est une société militaire privée russe utilisée pour déstabiliser la sécurité de l’Europe et des pays tiers dans son voisinage, notamment en Afrique », ajoute-t-il.

Les sanctions visent les « très nombreuses actions illégales » menées par cette société en Europe et en Afrique.

« Plusieurs régimes de sanctions de l’UE sont utilisés dans des actions dans les théâtres où la société est basée », aurait déclaré le diplomate.

La Société Wagner est signalée dans 23 pays d’Afrique subsaharienne où la Russie est présente, dont le Mali et la République centrafricaine, mais elle intervient également en Libye, en Syrie et en Ukraine, selon une source européenne.

Lire aussi :  Ce que proposent les députés français pour soutenir le père de WikiLeaks, Julian Assange

Deux diplomates ont déclaré que les sanctions seraient approuvées par les ministres des affaires étrangères de l’UE lundi à Bruxelles et publiées dans le journal officiel de l’Union.

Le groupe Wagner n’ayant pas de liens directs avec l’UE, l’ajout des trois autres entités et individus vise à avoir un impact en frappant les entreprises qui travaillent avec des mercenaires, ont déclaré les diplomates, cités par Reuters.

Reuters rappelle qu’en septembre, la junte militaire malienne était en pourparlers pour déployer le groupe Wagner au Mali, ce qui, selon la France, est inacceptable car elle a ses propres troupes dans la région.

Selon des responsables français, la junte vise Wagner dans le cadre de ses efforts pour s’accrocher au pouvoir au-delà de la période de transition qui prendra fin après les élections présidentielles et législatives du 27 février.

Deux diplomates ont déclaré que le Mali est également exposé à des sanctions de l’UE et qu’un cadre juridique pour ces mesures sera adopté lundi, mais qu’aucun nom ne sera arrêté d’ici là.

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News.

Article précédentRafael Nadal s’entraîne avec Denis Shapovalov à Abu Dhabi
Article suivantKlaus Iohannis, carton rouge pour la taxe de solidarité – VIDEO