Accueil Internationales Manifestations en Albanie, mais contre l’opposition

Manifestations en Albanie, mais contre l’opposition

70
0

Après les violences au Kazakhstan, des manifestations ont commencé en Albanie, mais étonnamment, elles sont dirigées contre l’opposition dans ce pays.

La police albanaise a eu recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau samedi après que des manifestants armés de pierres ont pris d’assaut le siège du Parti démocratique (DP), parti d’opposition de droite, rapporte Reuters, qui note que les manifestants étaient des partisans de l’ancien président et premier ministre albanais Sali Berisha, qui a été évincé du DP l’année dernière après que Washington l’a déclaré persona non grata et lui a interdit l’entrée aux États-Unis pour des accusations de corruption.

Depuis lors, Berisha, qui nie toute faute, a contesté le leadership actuellement exercé par le chef du PD, Lulzim Basha, a convoqué une réunion du parti le mois dernier et s’est autoproclamé chef.

Au cours des émeutes de samedi, les partisans de Berisha ont utilisé des marteaux pour briser les portes de sécurité métalliques nouvellement installées au siège du parti et ont installé des échelles pour tenter d’atteindre le deuxième étage.

Lire aussi :  Le nouveau régime d'aides au gaz et à l'énergie ne s'applique pas rétroactivement. Clarification du ministre de l'énergie

Les médias locaux ont rapporté que les personnes à l’intérieur du bâtiment ont tenté d’empêcher la foule d’entrer, en aspergeant les manifestants avec le contenu d’extincteurs et en leur jetant tout ce qui leur tombait sous la main avant l’arrivée de la police.

EFE rapporte que des centaines de personnes ont pris d’assaut le siège du PD, tandis que dpa parle de plusieurs milliers. L’agence de presse allemande rapporte également – citant la station locale News.24 – que certains manifestants ont réussi à atteindre le premier étage du siège du DP, mais n’ont pas pu pénétrer dans le bureau du président Lulzim Basha, car les forces de sécurité ont entre-temps envoyé des renforts.

Ces manifestations en Albanie, dirigées contre un parti d’opposition, ont été déclenchées par l’attitude de l’ancien dirigeant du pays, Sali Berisha.

Avec moins de 800 partisans, « Berisha a l’intention de prendre le contrôle du PD par la force afin d’imposer ses intérêts et de l’utiliser comme un refuge pour lui-même et sa famille », a déclaré le PD dans un communiqué, selon agerpres.ro.

Lire aussi :  Il a mis le feu à sa maison en essayant de se débarrasser des serpents.

Au lieu de cela, selon Berisha, les manifestants veulent transformer le « bunker » de Basha « en une maison de la liberté ». Après les manifestations de samedi, Berisha a prévenu que « la lutte ne s’arrête pas là. » « Ce que nous avons vu aujourd’hui n’est que la première page », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur américain à Tirana, Yuri Kim, a déclaré que l’administration à Washington était profondément préoccupée par les récentes tensions autour du parti démocrate. « Ceux qui incitent à la violence ou sapent l’état de droit doivent être tenus pour responsables », a écrit le haut diplomate américain dans un tweet.

Outre les États-Unis, la Commission européenne et plusieurs ambassades européennes en Albanie ont fermement condamné ces violences et demandé que les responsables soient traduits en justice.

Article précédentQui a financé les « manifestations spontanées » au Kazakhstan ?
Article suivantLa plus grande crainte de la Russie : le système de défense antimissile américain