Accueil Sport Marion Bartoli :  » J’ai vu beaucoup de peur dans les yeux...

Marion Bartoli :  » J’ai vu beaucoup de peur dans les yeux de Sabine Lisicki, elle était …

33
0

L’ancienne numéro 7 mondiale, Marion Bartoli, insiste sur le fait qu’elle a vu de la peur dans les yeux de Sabine Lisicki alors qu’elles étaient sur le point d’entrer sur le court central pour leur finale de Wimbledon. Bartoli, 37 ans, a remporté son seul Grand Chelem en 2013, après avoir battu Lisicki 6-1, 6-4 en finale de Wimbledon.

« Avant d’entrer sur le court, j’ai vu pas mal de peur dans ses yeux. Lorsque vous quittez votre vestiaire, vous descendez les escaliers et vous passez devant la galerie des trophées. Vous vous trouvez alors dans l’antichambre et vous attendez que la télévision vous montre le chemin et que vous entriez sur le terrain.

A ce moment-là, je pouvais sentir toute la pression qu’elle subissait et cela m’a rappelé ma finale de 2007. Je me suis dit : ‘Si elle a la même mentalité que moi il y a six ans, je peux en tirer le meilleur parti…’ La fin du match a cependant été extrêmement serrée », a expliqué Bartoli à We Are Tennis.

Lire aussi :  'Je ne voulais pas blesser Roger Federer', dit la star de l'ATP

Bartoli n’a pas laissé Lisicki faire un come-back époustouflant

Lisicki a remporté trois jeux consécutifs dans le deuxième set pour réduire l’écart à 5-4, mais Bartoli a gagné le 10e jeu pour obtenir une victoire en sets pairs.

« Sabine était perdue sur le court alors que je me sentais bien… Je menais 5-1, j’ai marqué un autre revers gagnant et j’ai fait 15-40. Depuis, j’ai regardé plusieurs fois les commentaires de Guy Forget et Frédéric Viard sur Canal+.

Ils ont dit : « Le match est terminé… ». Le problème, c’est que je pensais la même chose sur le terrain et que je me suis complètement figé. Si vous êtes en retard d’un dixième de seconde sur un service de 120 miles, vous ne pouvez pas le rendre correctement.

Lire aussi :  ATP Melbourne : Rafael Nadal se hisse en demi-finale après le retrait de Tallon Griekspoor

Son retour est trop court et son adversaire gagne le point. Sabine s’est un peu détendue, la foule la pressait, tout allait vite… Je me suis dit : « Si elle fait ça, si je fais ça, si elle arrive à revenir à 5-5, qu’est-ce que je vais faire ? » Honnêtement, si j’avais perdu une finale de Wimbledon après avoir mené 6-1, 5-1, 15-40, je ne l’aurais pas fait », a ajouté Bartoli.

Article précédentLa Chine critique le boycott diplomatique américain des Jeux olympiques de Pékin
Article suivantNick Kyrgios se souvient de son coup de poing dans la poitrine de Rafael Nadal à Wimbledon
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^