Accueil Bien-être Méditation : la pleine conscience, remède aux douleurs chroniques.

Méditation : la pleine conscience, remède aux douleurs chroniques.

153
0

Il n’est pas nécessaire d’être un expert en méditation pour profiter des bienfaits de cette pratique, même contre la douleur physique, comme le montre cette étude américaine

Pratiquer la méditation au quotidien, ne serait-ce que quelques minutes par jour, peut apporter de nombreux avantages à notre vie, comme améliorer la qualité de notre sommeil, nous rendre plus concentrés sur nos objectifs, réduire notre niveau de stress et nous apprendre à écouter notre corps.

La pleine conscience, ou le fait d’être dans l’ici et maintenant, nous amène à prendre de la distance par rapport à nos soucis et à nos angoisses, à nous en détacher et à les voir avec détachement, sans nous laisser submerger par les émotions qui nous rendent impulsifs et nous amènent souvent à agir d’une manière qui n’est pas cohérente avec notre véritable comportement.

La théorie

Maintenant, une nouvelle étude menée par le Université de Californie – San Diego a montré que la pleine conscience peut aider non seulement à réduire les problèmes psychologiques, mais aussi à soulager les douleurs chroniques – et il n’est pas nécessaire d’être un méditant expérimenté pour constater les premiers avantages de cette pratique dans la réduction de la douleur.

Lire aussi :  Longévité : cet ingrédient inattendu pourrait être la meilleure arme contre le vieillissement.

La conscience que l’on peut atteindre par la méditation permet d’influencer l’activité de notre cerveau mais aussi notre perception de la douleur. En effet, la pratique de la méditation interrompt la communication entre les parties du cerveau responsables de la douleur et celles qui génèrent la conscience de soi.

L’un des objectifs de la pleine conscience est précisément de se détacher de ses émotions et de ses expériences – même celles qui sont physiquement douloureuses. Méditer, c’est s’entraîner à éprouver des pensées et des sentiments sans s’y attacher, ce qui peut avoir des effets très positifs sur l’endurance de la douleur aiguë.

La pratique

Les chercheurs californiens ont fait participer quarante volontaires à leur étude, qui ont subi une imagerie par résonance magnétique du cerveau alors qu’ils éprouvaient une sensation de chaleur très intense (presque douloureuse) dans leurs jambes. Après avoir été exposés à l’expérience douloureuse, les volontaires ont été invités à porter un jugement de valeur sur la douleur qu’ils ont ressentie.

Dans la deuxième phase de l’expérience, les volontaires ont été divisés en deux groupes. L’un des deux groupes s’est vu proposer une petite formation à la pleine conscience (quatre séances de vingt minutes chacune), au cours de laquelle ont été abordés les thèmes de la respiration en pleine conscience et du lâcher-prise sur les émotions et les sentiments sans les juger ni y réagir.

Lire aussi :  La méditation : boostez votre cerveau en seulement deux mois !

Après la courte période de formation, la première expérience a été répétée avec les participants au cours sur la pleine conscience et le groupe échantillon. Les résultats de l’IRM et des questionnaires remis aux volontaires ont été surprenants : les participants qui ont pratiqué la méditation pendant l’exposition à la chaleur ont vu une réduction de 32 % de l’intensité de la douleur et de 33 % du caractère désagréable de la douleur.

Conclusion

Les images IRM ont montré que la réduction de la douleur était associée à une une synchronisation réduite entre le thalamus (zone du cerveau qui transmet les informations sensorielles entrantes au reste du cerveau) et les zones du cerveau impliquées dans les processus de conscience de soi. Moins ces zones étaient synchronisées, plus le soulagement de la douleur rapporté par le participant était important.

 

Article précédentRégime végétarien : avantages pour notre santé et l’environnement
Article suivantL’eau de carvi : boisson miraculeuse !
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^