Accueil Internationales Mikhaïl Gorbatchev blâme les Américains dans la crise américano-russe.

Mikhaïl Gorbatchev blâme les Américains dans la crise américano-russe.

39
0

La crise russo-américaine trouve son origine dans « l’arrogance » américaine après l’éclatement de l’Union soviétique, a déclaré le dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev.

« Cela leur est monté à la tête, arrogance, autosatisfaction, ils (les Américains) se sont proclamés vainqueurs de la guerre froide, alors qu’ensemble nous avons sauvé le monde de la confrontation », a déclaré Gorbatchev. à la veille du 30e anniversaire de sa démission, qui a marqué la fin officielle de l’URSS, rapporte l’AFP.

« Comment peut-on espérer des relations équitables avec les États-Unis, avec l’Occident dans cette situation ? », a poursuivi Mikhaïl Gorbatchev, 90 ans, dans une interview à l’agence de presse RIA Novosti, dénonçant le « triomphalisme » de Washington.

Lire aussi :  Attaque armée dans la rue ! Un policier d'origine roumaine lutte entre la vie et la mort. Il n'a que 22 ans.

Selon l’ancien dirigeant soviétique, le camp occidental voulait « construire un nouvel empire, c’est ainsi qu’est née l’idée de l’expansion de l’OTAN. »

Selon le président russe Vladimir Poutine, l’élargissement de l’Alliance de l’Atlantique Nord à des pays de l’ancien bloc communiste dans les années 1990 est la cause de la crise profonde entre la Russie et l’Occident, car, selon le Kremlin, l’OTAN est la principale menace pour la sécurité stratégique de la Fédération de Russie.

Le président russe a appelé ce mois-ci les États-Unis et leurs alliés à signer des traités qui interdisent spécifiquement toute nouvelle expansion de l’alliance, ainsi que toute coopération militaire dans ce que la Russie considère comme sa zone d’influence, rapporte Agerpres.

Lire aussi :  Merkel exécutée pour une crise gazière "auto-infligée". La Russie "divise" l'UE : "Poutine est fort, l'Occident est faible". Que doit faire Bruxelles ?

Washington, qui juge un certain nombre de ces exigences inacceptables, a néanmoins accepté d’organiser des pourparlers en janvier pour permettre une désescalade, car les Occidentaux craignent que Moscou ne lance une invasion de l’Ukraine, une ancienne république soviétique qui souhaite adhérer à l’OTAN.

Lisez Patrouilleurs des médias sur Google News !

Article précédentLa République de Moldavie resserre les conditions aux frontières. Test Covid requis
Article suivantPoutine met la pression sur Biden. Erreur majeure commise par les États-Unis