Accueil Internationales « Nous ferons tout ce que vous voulez » : les migrants applaudissent en...

« Nous ferons tout ce que vous voulez » : les migrants applaudissent en remerciant Lukashenko. Comment le président biélorusse les trompe

91
0

« Nous, les Biélorusses, y compris moi-même, ferons ce que vous voulez, même si c’est mauvais pour les Polonais, les Lettons et quelques autres », a déclaré M. Loukachenko. Il s’agit de la poursuite de ses tentatives de faire pression sur l’Union européenne. Il fera tout son possible pour demander aux gouvernements occidentaux d’aider les réfugiés.

« Si les Allemands et les Polonais ne m’entendent pas aujourd’hui, ce n’est pas ma faute », a déclaré le président biélorusse. Il a de nouveau demandé à l’Allemagne d’accepter 2 000… migrants. Berlin a refusé à plusieurs reprises.

Les migrants applaudissent en remerciant Lukashenko.

L’UE continue de faire preuve de fermeté à l’égard du dictateur biélorusse qui tente de la faire chanter. Alexander Lukashenko avait espéré adoucir les sanctions sévères contre son régime. Au lieu de cela, Bruxelles a annoncé qu’elle allait bientôt imposer de nouvelles sanctions.

Mais très peu des quelque 1 800 réfugiés que le régime a hébergés dans un entrepôt à Bruzgi sont au courant. Beaucoup de gens pensaient qu’ils allaient bientôt partir en Allemagne. C’est du moins ce que les réfugiés ont déclaré au journal allemand Der Spiegel.

« Les gens ici sont tellement heureux que Lukashenko a promis de les emmener à l’Ouest », a déclaré le Kurde Hawre. Il n’y a pas d’informations spécifiques sur la manière de procéder. La télévision d’État a filmé des migrants applaudissant en remerciant Lukashenko.

Lire aussi :  La tragédie de la Manche dans laquelle 31 migrants sont morts. Boris Johnson s'est dit choqué. Macron a demandé une réunion d'urgence

Pendant ce temps, le dirigeant continue d’essayer de naviguer dans la « crise migratoire ». Pendant des mois, son régime a attiré des personnes du Moyen-Orient dans le pays avec des visas de tourisme et les a amenées aux frontières lituaniennes et polonaises. Là, les forces de sécurité des deux pays de l’UE ont repoussé les gens pendant des mois. Des milliers de personnes, pour la plupart des Irakiens du nord de l’Irak et des Syriens, sont coincés dans Bélarus.

Le double jeu de Lukashenko

Lukashenko joue la montre. D’une part, il a mal approvisionné les habitants de Bruzgi, et la presse d’État le rapporte en détail. Le régime a envoyé plusieurs centaines de personnes en Irak par avion. Ces vols spéciaux d’Iraqi Airways à destination d’Erbil ressemblent désormais à des opérations de sécurité : des minibus transportent les personnes vers l’aéroport de Minsk. De nombreux Biélorusses connaissent ces véhicules depuis les mois de manifestations contre Loukachenko l’année dernière. Ils ont été emmenés dans les commissariats de police et les prisons dans ces véhicules. Des agents de sécurité avec des boutons dans les oreilles et des radios escortent les réfugiés jusqu’à la porte.

D’autre part, le régime biélorusse continue de faire venir des réfugiés à la frontière et de les pousser vers la Pologne, la Lituanie et la Lettonie. Des dizaines de personnes font état de passages à tabac et de mauvais traitements infligés par les forces de sécurité biélorusses, qui ne les ont pas autorisées à rentrer à Minsk.

Lire aussi :  Mesure sévère pour les personnes qui ne veulent pas se faire vacciner. L'accès à l'alcool sera bientôt interdit

Réclamer des millions de dollars

Des milliers de personnes se retrouvent sans abri à Minsk. Là, ils se reposent, se réfugient dans des appartements et des auberges. Ceux qui n’ont plus d’argent dorment dans la rue. Les premiers migrants ont commencé à prolonger leurs visas, dont beaucoup sont déjà expirés – ce qui est possible en payant une taxe de 100 dollars.

Entre-temps, M. Lukashenko a publié une facture vendredi – son pays aurait dépensé environ 12,6 millions de dollars pour nourrir les migrants. Il a appelé l’UE à soutenir financièrement le Belarus. Le régime aurait gagné des millions de dollars en délivrant des visas et en passant la nuit dans des hôtels de Minsk liés à l’administration présidentielle.

L’UE avait annoncé qu’elle fournirait 700 000 euros d’aide humanitaire, somme qui ne serait pas versée aux autorités biélorusses mais à la Croix-Rouge internationale. Bruxelles veut offrir 3,5 millions d’euros pour le voyage de retour des personnes bloquées au Belarus par l’intermédiaire d’organisations des Nations unies.

Article précédentLe VanEck Bitcoin Futures ETF sera lancé sur le CBOE le 16 novembre.
Article suivantLes attractions culturelles les plus recherchées sur Google Maps en Roumanie
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !