Accueil Alimentation Obésité : les enfants ont plus de risques d’être en surpoids si...

Obésité : les enfants ont plus de risques d’être en surpoids si les mères mangent souvent de la malbouffe au cours des premières années de leur vie.

131
0

Selon des recherches récentes, le régime alimentaire de la mère, basé sur des aliments transformés et ultra-transformés, peut augmenter le risque de surpoids et d’obésité chez les enfants et les adolescents âgés de 2 à 19 ans.

@123rf.com

Le risque de obésité et le surpoids pourraient être liés à l’alimentation de la mère, c’est ce que révèle une nouvelle étude de la Commission européenne, étude qui a analysé les régimes alimentaires des mères, des enfants et des adolescents.

Selon le Centre national des statistiques de santé la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les enfants et les jeunes âgés de 2 à 19 ans est passée de 10,2 % entre 1971 et 1974 à 16,1 % entre 2017 et 2018.

L’obésité infantile augmente le risque de maladies chroniques majeures telles que les maladies cardiovasculairesle diabète, les cancers et les décès prématurés.

L’un des facteurs potentiels contribuant à l’épidémie d’obésité chez les enfants et les jeunes est le régime alimentaire malsain de type occidental, caractérisé par une consommation accrue d’aliments ultra-transformés et transformés.

Lire aussi :  Débarrassez vos raisins de leurs pesticides !

D’après de nouvelles recherches menées par des chercheurs de lÉcole de médecine de Harvard à Boston, et publié dans British Medical Journal le risque d’obésité et de surpoids chez les enfants augmenterait si la mère avait l’habitude de consommer malbouffe.

(Patrouilleursmedias) : L’OMS met en garde contre une épidémie silencieuse qui touche près de 60 % de la population en Europe.

L’étude

Environ 19 958 enfants et adolescents et 14 553 mères ont été considérés pour l’étude. Les membres de la cohorte ont dû répondre à un questionnaire, envoyé tous les quatre ans, dans lequel ils devaient fournir des informations sur leur régime alimentaire et la fréquence à laquelle ils consommaient certains aliments.

Lire aussi :  Ce légume serait la clé de la perte de poids selon des scientifiques (et ce n'est certainement pas ce à quoi vous vous attendez)

Les données de la recherche ont montré qu’au fil du temps, un enfant dont la mère consommait des aliments ultra-transformés avait un risque beaucoup plus élevé (environ 26 %) de prendre du poids, par rapport à un camarade dont la mère avait une alimentation plus saine.

La corrélation entre le risque d’obésité infantile et la nutrition maternelle n’est toujours pas claire. Les chercheurs émettent également l’hypothèse d’un impression in utero à long terme ou une modification épigénétique de la susceptibilité à l’obésité de la descendance.

(Patrouilleursmedias) : Votre enfant est ce que vous mangez : la campagne choc qui dit non à la malbouffe pendant l’allaitement.

Comme l’ont déclaré les chercheurs :

L’étude confirme l’importance de réduire la consommation de malbouffe, même s’il ne faut pas négliger les déterminants sociaux qui peuvent empêcher les femmes de réduire leur consommation de malbouffe.

Article précédentAttention aux aliments contenant des “calories vides” : ce qu’ils sont et pourquoi il faut les limiter, selon un nutritionniste
Article suivantSi vous souffrez d’une carence en fer, vous devez éviter ces 2 boissons chaudes qui réduisent l’absorption du fer jusqu’à 64%.
J'ai un diplôme en langues et cultures étrangères. J'ai toujours été consciente des problèmes environnementaux et j'ai cherché à adopter un mode de vie éco-responsable. À ma façon, j'essaie de minimiser mon empreinte écologique en faisant des choix responsables qui respectent la nature qui m'entoure.