Accueil Internationales Pluie de roquettes dans la zone ultra-sécurisée. “L’organe de Staline” a frappé...

Pluie de roquettes dans la zone ultra-sécurisée. “L’organe de Staline” a frappé en pleine nuit. Panique dans les rues

410
0

Attaque de l’ambassade des États-Unis (US) à Bagdad avec deux missiles Katyusha. L’événement a eu lieu dimanche matin dans la zone hautement sécurisée de la capitale irakienne où se trouve l’ambassade. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les missiles Katyusha ont été surnommés “l’organe de Staline” et ont fait des ravages dans les troupes allemandes stationnées en URSS.

L’ambassade américaine a été attaquée avec deux missiles Katyusha à Bagdad.

La zone verte de Bagdad a été visée par deux missiles Katyusha. La première a été abattue en l’air par des batteries de défense C-RAM, la seconde est tombée sur une place, détruisant deux véhicules”, selon un communiqué des forces de sécurité irakiennes. Agerpres.

Lire aussi :  L'OMS confirme une nouvelle flambée d'Ebola à El-Congo

Une source de sécurité a déclaré que le missile abattu est tombé près de l’ambassade des États-Unis, tandis qu’un second est tombé à 500 mètres de là. L’attaque n’a pas encore été revendiquée.

Ces derniers mois, des dizaines d’attaques de missiles ou de drones ont visé les troupes et les intérêts américains en Irak. Jamais revendiquées, ces attaques sont régulièrement imputées par les États-Unis à des factions irakiennes pro-iraniennes, a indiqué la source.

L’attaque de dimanche est survenue alors que l’Irak avait déjà annoncé officiellement la fin de la mission de combat sur son territoire de la coalition internationale antijihadiste dirigée par Washington et des troupes américaines engagées dans ce cadre.

Lire aussi :  Joe Biden a signé la loi sur le budget du Pentagone, 3 fois plus important que celui de la Roumanie.

2 500 soldats américains resteront en Irak.

En fait, les quelque 2 500 soldats américains et 1 000 soldats de la coalition resteront en Irak pour continuer à jouer un rôle de formation, de conseil et d’assistance. Les factions irakiennes pro-iraniennes exigent le départ de toutes les forces américaines stationnées dans le pays.

L’Irak marque dimanche le 10e anniversaire du départ des troupes américaines le 18 décembre 2011, après l’invasion de 2003 contre le régime de Saddam Hussein. Washington a depuis redéployé ses troupes dans le pays dans le cadre de la lutte anti-jihadiste.

Article précédentMétro Drumul Taberei, toujours inachevé
Article suivantSerbie, Albanie et Macédoine du Nord, la petite affaire des Balkans
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !