Accueil Internationales Plus de 80 000 kilomètres ont été exploités en Ukraine. Le type...

Plus de 80 000 kilomètres ont été exploités en Ukraine. Le type de mines utilisé par la Russie est interdit par le traité d’Ottawa.

162
0

Le ministère des affaires étrangères de Kiev affirme que plus de 80 000 kilomètres carrés du territoire ukrainien ont été minés par l’armée russe jusqu’à présent. Les déclarations concernant les actions de l’armée russe ont été faites à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux mines, célébrée par les Nations unies.

“Après la première vague d’agression armée russe contre l’Ukraine en 2014 (date de l’annexion illégale par… Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée – ndlr), quelque 16 000 kilomètres carrés dans les régions de Lougansk et de Donetsk ont été contaminés par des mines et des explosifs de guerre”, a déclaré le ministère ukrainien des Affaires étrangères, selon EFE.

“Aujourd’hui, selon les estimations préliminaires, la contamination (par des mines et autres matériaux explosifs) touche 80 000 kilomètres du territoire ukrainien”, ajoute le communiqué de la diplomatie ukrainienne.

Le ministère des affaires étrangères a tenu à souligner qu’il célébrait cette journée “alors qu’il subit des bombardements incessants (…) dans le cadre d’autres crimes horribles de la Fédération de Russie, avec l’utilisation d’armes interdites qui peuvent être considérées comme excessivement nocives ou ayant des effets indiscriminés (…)”.

“Les Russes continuent sans relâche à semer la mort et la mutilation sur le sol ukrainien. Alors que l’ensemble du monde civilisé renonce aux mines terrestres et les interdit, la Russie intensifie leur utilisation en Ukraine et teste même de nouveaux types de mines. mines terrestrescomme POM-3 et d’autres. (…) La Fédération de Russie est en guerre non seulement contre les forces armées de l’Ukraine, mais aussi contre la population civile de l’Ukraine, violant ainsi gravement les lois de la guerre”, a souligné le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Lire aussi :  Le directeur de l'Open d'Australie ne pense pas que Djokovic poursuivra l'Australie en justice

Les représentants de l’institution d’État ukrainienne affirment qu’au cours de leur retraite, les militaires russes “installent des pièges explosifs, interdits par le droit international, notamment dans des magasins d’alimentation, des maisons privées et des cadavres humains.”

Les Russes utilisent des mines à détection de mouvement

L’organisation gouvernementale Handicap International, qui fait campagne pour l’interdiction des mines terrestres, a porté de graves accusations contre la Russie. Ils affirment que l’armée russe pose des mines terrestres “intelligentes”, capables de détecter la présence de cibles à moins de 16 mètres d’elles et d’exploser à hauteur des yeux, du cou ou des jambes.

Les mines auxquelles font référence les deux institutions, POM-3, également connues sous le nom de Medallion, sont des dispositifs de nouvelle génération conçus avec des capteurs de mouvement capables de détecter une personne dans un rayon de 15 mètres. Les appareils agissent individuellement grâce à ces capteurs, sans qu’il soit nécessaire que quelqu’un actionne ou marche sur l’appareil.

Lire aussi :  Le président ukrainien condamne le ton alarmiste de l'opinion publique : "Je comprends profondément ce qui se passe dans mon pays".

Dans le cadre de la guerre en Ukraine, des mines ont été déployées par l’armée russe le 26 mars au moyen de missiles tirés depuis des lanceurs terrestres spécialement conçus, selon le dernier rapport publié par l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW).

“L’année dernière, 80% des victimes de ces armes étaient des civils, dont 30% d’enfants. Les mines terrestres tuent et infligent des blessures graves, mais elles provoquent également des séquelles physiques importantes et des traumatismes psychologiques durables”, a déclaré Anne Hery, directrice des affaires juridiques de Handicap International.

Les mines terrestres sont interdites par le traité d’Ottawa de 1997, signé par 164 pays, mais pas par la Russie. L’Ukraine fait partie des pays qui ont signé le traité.

De telles mines ont également été utilisées lors du conflit de 2014 entre l’armée ukrainienne et les groupes armés pro-russes dans la région de Donbas, dans l’est de l’Ukraine, indique Handicap International.

Article précédentQu’est-ce que la réalité augmentée et quel est son impact sur le métavers ?
Article suivantLes 3 meilleurs crypto-smartphones du moment
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !