Accueil Internationales Plus de 850 enfants sont retenus captifs dans les prisons syriennes

Plus de 850 enfants sont retenus captifs dans les prisons syriennes

157
0

L’inquiétude grandit quant au sort de centaines d’enfants qui seraient retenus prisonniers dans des prisons en Syrie.

Près de 850 enfants se trouvent dans la prison de Ghwayran à Hasaka. Elle a été prise d’assaut par des extrémistes djihadistes, déclenchant des jours de combats. Au moins 136 personnes ont été tuées depuis que les djihadistes ont lancé leur attaque pour tenter de libérer les combattants emprisonnés.

Des milliers de suspects de l’EI sont détenus dans des prisons gérées par les autorités kurdes. L’Alliance des forces démocratiques syriennes (FDS) dirigée par les Kurdes, soutenue par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, lutte contre l’EI depuis que celui-ci a envahi de grandes parties de la Syrie il y a quelques années.

Lire aussi :  Le président du Kazakhstan a ordonné aux soldats de tuer les manifestants "terroristes".

Cependant, les cellules de l’IS sont toujours actives et ont lancé des séries d’attaques meurtrières contre les forces de sécurité et les civils. L’attaque surprise de la prison par plus de 100 combattants de l’EI a déclenché de violents combats à l’intérieur et à l’extérieur de l’unité.

Près de 850 enfants retenus prisonniers dans des prisons

L’Unicef, l’organisation des Nations unies pour l’enfance, se dit préoccupée par le sort de près de 850 enfants détenus en prison pendant les combats. Elle a déclaré que la sécurité des enfants – dont certains n’ont pas plus de 12 ans – était “gravement menacée”.

“Au fur et à mesure que les combats se poursuivent, le risque pour les enfants augmente, notamment d’être blessés ou recrutés de force”, indique l’UNICEF.

Lire aussi :  38ème jour de guerre en Ukraine. Les combats les plus durs sont à venir. Les Russes ravagent le pays

Les FDS ont déclaré que des militants de l’EI ont été hébergés dans un foyer abritant des centaines d’enfants détenus pour des liens présumés avec l’EI. Elle a déclaré qu’ils étaient utilisés comme “boucliers humains” et a prévenu qu’elle tiendrait “les terroristes pour responsables s’ils sont blessés”.

Suivez Patrouilleurs des medias sur Facebook et Google News!

Article précédentPoutine a l’Occident à ses pieds. Ils sont tous tombés dans le piège du “Tsar” du Kremlin.
Article suivantCe que le Japon a fait de bien sur Covid-19