Accueil Dernières minutes ! Poutine ne renonce pas à s’impliquer dans la politique des autres pays....

Poutine ne renonce pas à s’impliquer dans la politique des autres pays. La Roumanie figure également sur la liste

74
0

La stratégie de Poutine envers les anciens pays soviétiques

Le Kremlin a plusieurs objectifs pour cet assaut : premièrement, saper la légitimité des gouvernements occidentaux et des principes tels que l’État de droit et les droits de l’homme ; deuxièmement, affaiblir l’Union européenne et l’OTAN ; et troisièmement, encourager la formation de gouvernements pro-russes.

Une grande variété de techniques et de tactiques sont utilisées, notamment la production de fausses nouvelles sur les mouvements pro-démocratie, le piratage des communications des institutions gouvernementales et des partis politiques, le financement des mouvements politiques pro-Moscou et l’utilisation d’organisations internationales telles qu’Interpol pour harceler les opposants politiques. Les effets de cette guerre non déclarée sont particulièrement dangereux dans les soi-disant démocraties comme l’Ukraine, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et la Moldavie.

L’une des astuces favorites du régime Poutine consiste à soutenir les partis politiques pro-russes, tout en faisant simultanément tout son possible pour saper la crédibilité des partis et des hommes politiques pro-occidentaux. Dans certains cas, l’argent est allé simultanément aux partis pro-russes et aux partis nationalistes extrémistes. Toutefois, le principal objectif du Kremlin est de saper le pouvoir des partis qui ont dominé la politique européenne pendant des décennies et d’encourager ces pays à mener des politiques anti-occidentales et anti-UE.

Les grands pays, comme les membres de l’OTAN, ne sont pas les seuls à subir la pression de Moscou. Même l’un des plus petits pays, l’ancienne République soviétique de Moldavie, est une cible de la guerre de l’information menée par la Russie. La Moldavie revêt une importance stratégique pour la Russie. Elle a pour frontière la Roumanie, membre de l’OTAN, ainsi que l’Ukraine. Une Moldavie pro-russe renforce l’objectif de Moscou d’encercler l’Ukraine.

Lire aussi :  Le Salvador annonce le projet Bitcoin City - une ville sans taxes financée par BTC

La Russie a une longue histoire d’ingérence dans la politique moldave. Peu après la séparation de la Moldavie de l’Union soviétique, la Russie a stimulé un mouvement séparatiste dans la région de Transnistrie du pays. Après avoir divisé la Moldavie, la Russie a mené pendant des décennies une campagne visant à influencer la politique locale, à soutenir les partis pro-russes et à saper la crédibilité des groupes et des dirigeants pro-occidentaux.

La Russie impliquée dans la politique moldave

La Russie a tenté de s’immiscer dans la politique moldave en attaquant les dirigeants nationaux qui ne sont pas suffisamment soumis à Moscou. La Russie a diffusé de fausses informations dans les médias européens, accusant l’ancien chef du Parti démocratique pro-UE, Vlad Plahotniuc, de crimes financiers. Il y a même eu des histoires générées par Moscou au sujet desquelles Interpol a émis une demande de détention, connue sous le nom de « notice rouge ».

Lire aussi :  Une tragédie indescriptible dans la famille du célèbre athlète. Le plus jeune fils s'est noyé. Il avait juste 10 mois

Les notices rouges demandent à la police du monde entier de localiser et de détenir une personne en attendant son extradition vers le pays qui a porté l’accusation, en l’occurrence la Russie, l’adversaire de Plahotniuc. Face à ces fausses accusations, Plahotniuc a fui la Moldavie pour se réfugier en Occident, où ses droits civils et humains seraient protégés.

En plus d’essayer de maintenir la Moldavie hors de la « sphère d’influence » de l’Occident, le parti socialiste et d’autres groupes du pays avaient l’intention de bloquer les efforts de Maia Sandu pour mettre un frein à la corruption qui avait grevé l’économie moldave.

Pour les oligarques russes, la Moldavie est comme une tirelire privée. Entre 2010 et 2014, les oligarques russes auraient blanchi entre 20 et 80 milliards de dollars via des banques d’Europe de l’Est, notamment en Moldavie. Le président russe Vladimir Poutine a apporté un soutien indéfectible à M. Dodon. Dès l’entrée en fonction du gouvernement Sandu en juin 2019, Poutine a annoncé que la Russie soutiendrait le président Dodon contre ce qu’il a appelé les « usurpateurs ».

Le triste cas de la politique moldave est un avertissement pour toute l’Europe de l’Est. La Russie fera presque tout pour empêcher d’autres anciennes républiques soviétiques d’échapper aux griffes de l’Union européenne.

Article précédentLes États-Unis sont sur le point d’exploser. La puissance militaire de la Chine s’accroît
Article suivantLa femme qui a fait de l’un des grands romans de Jules Verne une réalité. La fiction a été vaincue
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !