Accueil Voyage Rapport de l’OCDE : les politiques publiques mises en œuvre par le...

Rapport de l’OCDE : les politiques publiques mises en œuvre par le biais de bons d’achat facilitent la transition vers l’économie numérique

142
0

Bucarest, 08 décembre 2021 – L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a étudié l’impact des politiques publiques mises en œuvre par le biais de bons d’achat dans 7 pays (France, Belgique, République tchèque, Brésil, Mexique, Maroc et Roumanie) et a conclu que ces instruments sont utilisés avec succès par les autorités pour gérer certains défis mondiaux et locaux, tels que la pollution, les problèmes de nutrition, l’accès à l’éducation, la réintégration des personnes issues de groupes vulnérables sur le marché du travail ou le redressement de certains secteurs de l’économie affectés par divers facteurs (comme, par exemple, une pandémie). En outre, les bons d’achat sont un outil qui facilite l’inclusion financière et la transition vers l’économie numérique, car de nombreuses prestations sont fournies sous forme numérique ou en voie de l’être entièrement. Les résultats et la méthodologie de recherche sont présentés dans l’étude. « Tickets de valeur » : outils innovants pour l’inclusion sociale et le développement local« [1].

« Nous sommes fiers que les prestations offertes en Roumanie aient été remarquables par les résultats qu’elles ont générés pour la communauté, en aidant à la fois les personnes issues de groupes vulnérables et certains secteurs de l’économie. Ces outils jouent un rôle clé au niveau local, notamment pour stimuler la numérisation, même dans les zones rurales, et l’étude révèle des points de repère clés sur l’impact des chèques vacances, des chèques repas, des chèques cadeaux et des chèques culturels qui ont été proposés. L’APET dispose de l’expertise et de l’ouverture nécessaires pour collaborer avec les autorités, en offrant tout le soutien nécessaire pour définir et mettre en œuvre des politiques publiques visant à soutenir le développement des communautés locales », a déclaré Elena Pap, présidente de l’Association professionnelle des émetteurs de bons.

La Roumanie, sélectionnée comme exemple par l’OCDE pour les résultats obtenus par les politiques publiques mises en œuvre à l’aide de bons d’achat.

Selon le rapport de l’OCDE, le tourisme local a été revitalisé par l’introduction des chèques vacances, utilisés pour acheter des services de voyage auprès d’opérateurs agréés. En 2018, la valeur totale des chèques vacances émis pour être dépensés en Roumanie s’est élevée à 250 millions d’euros, de sorte que le tourisme local a bénéficié d’une croissance substantielle, de l’émergence de nouveaux emplois dans le secteur et de services de meilleure qualité.

Lire aussi :  La Russie n'attendra pas éternellement les demandes de sécurité.

Selon ce rapport, alors que les hôtels avaient un bénéfice net de 78 millions d’euros en 2013, ils ont enregistré en 2018 un bénéfice de 205 millions d’euros. De même, les bénéfices des restaurants sont passés de 39 millions d’euros en 2013 à 330 millions d’euros en 2018, et la qualité des services hôteliers a augmenté, avec l’émergence de nouveaux hébergements 4 et 5 étoiles et d’offres tout compris.

« Les bons de valeur stimulent la numérisation, car la plupart sont proposés sur carte ou sont en cours de numérisation complète, ce qui incite les PME à adopter et à investir dans l’infrastructure numérique. Une agréable surprise a été le programme « Repas chauds », qui a montré que même les personnes âgées peuvent s’adapter et apprendre à utiliser un nouvel outil de paiement, pour beaucoup d’entre elles – la carte. À l’instar des chèques-vacances, ces derniers sont proposés exclusivement sous forme numérique, ce qui a également suscité l’installation de plus de 3 000 distributeurs automatiques de billets, même dans les zones rurales. Un autre avantage majeur pour les PME est que les transactions sont traçables et que les montants sont utilisés uniquement aux fins pour lesquelles ils ont été alloués, ce qui aide les segments de l’industrie qui traversent une période difficile », a déclaré Florin Jianu, président du Conseil national des petites et moyennes entreprises privées de Roumanie.

Les billets à valeur ajoutée soutiennent la reprise économique après la pandémie de Covid-19

L’étude de l’OCDE présente également quelques exemples d’autres pays qui ont développé des politiques publiques mises en œuvre avec des tickets de valeur pour combattre les effets négatifs de la pandémie. Outre les 7 pays analysés dans l’étude, l’OCDE mentionne également des mesures mises en œuvre par des pays tels que la Grèce (qui a lancé des chèques-vacances pour stimuler le tourisme), le Royaume-Uni (qui a fourni des chèques-repas aux élèves pendant la période de fermeture des cantines scolaires), la Belgique et le Luxembourg ont lancé des chèques d’une valeur de 300 € pour les employés afin de stimuler la consommation, et l’Italie et la Roumanie ont lancé des chèques pour fournir un repas chaud aux personnes âgées. En outre, la France envisage une initiative législative en faveur du télétravail des salariés.

Lire aussi :  Le ministre bat Cîmp(ii)eanu avec des mesures contre la pandémie

« La pandémie a également transformé notre rapport au travail, et l’introduction généralisée du télétravail offre davantage de flexibilité. Mais il est important que les employés aient de très bonnes conditions de travail à la maison, et pour fournir les fonds nécessaires au mobilier et à l’infrastructure, nous travaillons sur une proposition législative visant à permettre aux employeurs d’offrir des bons d’un montant maximal de 600 euros par an pour couvrir ces coûts », a expliqué Frédérique Lardet, membre du Parlement français.

La conférence de lancement de l’étude « Value vouchers : innovative tools for social inclusion and local development » a été organisée par l’OCDE, et les experts participant à la table ronde étaient les suivants Amal Chevreau (Analyste des politiques publiques, Centre de l’OCDE pour l’entrepreneuriat, les PME, les régions et les villes), Frédérique Lardet (Membre du Parlement, France) Rudi Delarue (Président du Conseil national du travail, Belgique), Antonio Neto (Président, Centrale syndicale brésilienne, Brésil), Vit Jasek (directeur exécutif, Union des employeurs, République tchèque) et Florin Jianu (Président, Conseil national des PME, Roumanie).

À propos de l’Association professionnelle des émetteurs de billets

L’Association professionnelle des émetteurs de bons (APET) a été créée en 2004 dans le but principal de promouvoir et de soutenir les intérêts professionnels de ses membres et des partenaires impliqués dans le système de bons en Roumanie (employeurs, détaillants, bénéficiaires de bons). Les membres fondateurs de l’APET sont Edenred Romania, Sodexo Romania et Up Romania. L’association fournit des conseils, des ressources et des études sur l’impact des politiques publiques mises en œuvre par le biais de bons d’achat dans le pays et à l’étranger. Depuis 2017, l’APET est également membre de la Social Vouchers International Association (SVIA). Vous trouverez de plus amples informations sur le site web de l’association : https://www.apet-romania.ro/.


[1] OCDE (2021),  » Chèques sociaux : des outils innovants pour l’inclusion sociale et le développement local « , Documents de l’OCDE sur le développement économique et l’emploi local (LEED), n° 2021/08, Éditions de l’OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/a98f02c5-en.

Article précédentLes billets de banque en euros auront un nouveau design d’ici 2024
Article suivantGaël Monfils disputera un match d’exhibition à Tenerife
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^