Accueil Internationales Scènes de sexe à l’Acropole

Scènes de sexe à l’Acropole

64
0

Il est juste de dire que tout monument qui se dresse depuis plus de 2 000 ans a connu en son temps toutes sortes d’activités sociales. Et il est clair que l’Acropole en Grèce ne fait pas exception, note Euronews.

Utilisé comme résidence des dieux et des rois, ce monument antique est une attraction touristique majeure. On peut imaginer Platon, et avant lui Socrate, escalader les falaises historiques pour atteindre le monument, qui est souvent utilisé comme centre religieux.

En 2022, le ministère grec de la culture a ouvert une enquête à la suite d’un court-métrage montrant deux hommes ayant des relations intimes sur l’Acropole d’Athènes.

Les vêtements de la Grèce antique étaient basiques mais fonctionnels. Il se présentait normalement sous la forme d’un sous-vêtement appelé peplos et d’une cape, appelée himation. Mais ni l’un ni l’autre n’a manifestement été utilisé lors d’une scène d’un court-métrage qui fait aujourd’hui fureur.

Lire aussi :  Dans son message de Noël, la reine d'Angleterre se souvient de la perte du prince Philip.

Le film de 36 minutes, intitulé « Departhenon », a été diffusé le 21 décembre, mais a attiré l’attention des autorités au cours de la première semaine de janvier.

Pas d’accord du ministère de la Culture

Selon le ministère de la Culture, aucune autorisation n’a été accordée pour y filmer.

« Le site archéologique de l’Acropole n’est pas approprié pour tout type d’activisme ou d’autres activités qui pourraient causer une offense et montrer un manque de respect envers le monument », a déclaré un communiqué du ministère.

Le film contient plusieurs scènes explicites impliquant des hommes et des femmes dont les visages ne sont pas montrés. La scène de l’Acropole montre deux hommes en train de faire l’amour, debout dans un cercle formé par d’autres acteurs. On peut voir des visiteurs du site antique se promener à proximité.

Lire aussi :  Un important incendie s'est déclaré à Paris. Les rues ont été fermées, 100 pompiers ont été mobilisés. VIDÉO

Les réalisateurs du film, qui sont restés anonymes, l’ont décrit comme « une œuvre d’art qui est aussi une action politique ».

Spyros Bibilas, président de l’association des acteurs grecs, a qualifié le film de honteux.

« On ne peut pas tout faire au nom de l’activisme. En fait, je ne considère pas cela comme du militantisme », a-t-il déclaré à Antenna TV. « En tant que Grec, j’ai honte. »

Article précédentL’avertissement sans précédent de l’Allemagne à la Russie : il y aura clairement un prix à payer.
Article suivantRetournement de situation dans l’affaire Djokovic ! Le numéro un mondial a été « incité à se rendre en Australie pour être humilié ».