Accueil Voyage Sebastian Burduja, proposition législative après la grève du STB. Elle concerne les...

Sebastian Burduja, proposition législative après la grève du STB. Elle concerne les dirigeants syndicaux

141
0

Le député du PNL Sebastian Burduja a annoncé, dans le contexte de la manifestation spontanée à STB, le dépôt d’une proposition législative qui prévoit que les dirigeants syndicaux ne pourront plus être membres du parti, écrit News.ro.

Plus précisément, le projet vise à ajouter deux nouveaux paragraphes à la loi 62/2011 sur le dialogue social, stipulant que les personnes élues aux organes directeurs des syndicats et des organisations d’employeurs ne peuvent être membres d’un parti politique pendant leur mandat.

“La grève à la société de transport de Bucarest (STB) a mis en lumière un problème systémique en Roumanie, qui nécessite une solution urgente et de bon sens. Des millions de Bucarestois ont été pris en otage par des égos politiques qui sont manifestement partis d’une personne en situation d’incompatibilité flagrante : employé de l’entreprise, dirigeant syndical, membre d’un parti politique, conseiller général élu sur les listes du même parti.

Lire aussi :  Biden active une loi de la Seconde Guerre mondiale pour l'Ukraine. VIDÉO

La situation au STB n’est malheureusement pas unique. Prenez les grandes entreprises publiques, à quelques exceptions près, et vous découvrirez une boule d’intérêts politiques et financiers autour des syndicats. Au lieu de défendre les droits des employés, ceux qui ont capturé ces organisations, par ailleurs utiles et légitimes dans un État démocratique, ne poursuivent cyniquement que leur propre agenda. Qui en subit les conséquences ? Les employés de ces entreprises eux-mêmes et, après tout, chaque citoyen roumain qui paie ses impôts. Il est temps de trancher ce nœud gordien”, a déclaré M. Burduja.

Sebastian Burduja appelle à la dépolitisation des syndicats

Quel est le rôle des partenaires sociaux : faire de la politique de parti ou représenter objectivement les intérêts des membres des syndicats et des employeurs, demande le député européen. Puis il poursuit : “La réponse est évidente pour quiconque souhaite réellement une démocratie fonctionnelle dans ce pays. Je suis un partisan avoué du dialogue social, des syndicats et des employeurs qui font leur travail sérieusement. Je demande la dépolitisation des partenaires sociaux, précisément pour renforcer les syndicats et les employeurs, pour une démocratie normale et une économie de marché qui fonctionne.

Lire aussi :  La loi sur les certificats verts pourrait être adoptée d'ici la fin de l'année - VIDÉO

Au début de la session parlementaire, je déposerai un projet de loi visant à interdire aux dirigeants syndicaux et patronaux d’être membres de partis politiques.

Suivez Patrouilleurs des medias sur Facebook et Google News

Article précédentLe commerce numérique roumain a enregistré la plus forte croissance en Europe centrale et orientale.
Article suivantSvitolina et Monfils ont été invités à participer au documentaire de Netflix
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^