Accueil Dernières minutes ! Qui étaient les deux proches de Trump qui prévoyaient de le destituer...

Qui étaient les deux proches de Trump qui prévoyaient de le destituer ?

33
0

La trahison est venue du secrétaire d’État et du secrétaire au Trésor. Steven Mnuchin et Pompeo ont discuté de l’éviction de Trump après l’attaque du Capitole, selon un livre. Trahison : le dernier acte du Trump Show.

Selon le correspondant d’ABC à Washington, Jonathan Karl, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a parlé à d’autres membres du cabinet de l’utilisation de l’amendement dans la nuit du 6 janvier, le jour de l’attaque, et le jour suivant, indique l’auteur du livre, Jonathan Karl.

Le 25e amendement, ajouté à la Constitution américaine après l’assassinat du président John F. Kennedy, prévoit la révocation d’un président qui ne peut plus exercer ses fonctions, pour des raisons de santé physique ou mentale. Mais cette disposition n’a jamais été utilisée aux États-Unis.

Pompeo a nié que les discussions aient eu lieu.

« Pompeo, par l’intermédiaire d’un porte-parole, a nié qu’il y ait eu des conversations sur l’invocation du 25e amendement », écrit Karl. « Le porte-parole a refusé de mettre son nom sur la déclaration ».

La destitution de Donald Trump par amendement aurait nécessité un vote majoritaire au sein du cabinet. Karl rapporte que Mnuchin a parlé avec Mike Pompeo, le secrétaire d’État de Trump et un fidèle avoué de l’ancien président. Mike Pompeo, un fidèle de Trump, aurait demandé un examen juridique de la procédure de destitution du président.

Lire aussi :  Scénario catastrophe COVID : un cas Omicron confirmé en Italie. Des dizaines de suspects aux Pays-Bas TEXTE EN DIRECT

Mais Pompeo lui-même, selon les informations citées par le journaliste, a alors demandé un examen juridique de la procédure d’invocation du 25e amendement : l’examen a déterminé qu’elle (la procédure) prendrait trop de temps, étant donné que Trump n’avait plus que 14 jours en fonction et que toute tentative de destitution forcée serait sujette à une contestation juridique, écrit le journaliste.

Karl : Et Elaine Chao, la secrétaire aux transports, aurait soutenu l’invocation du 25e amendement…

Mais tous deux ont démissionné après l’attaque du Capitole. Mme Chao est mariée au chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnel, dont les relations avec M. Trump se sont considérablement refroidies après l’épisode du 6 janvier.

Mike Pompeo fait partie des républicains qui peinent à s’imposer avant l’élection primaire pour désigner un challenger républicain en 2024. Un processus qui passe par des démonstrations de loyauté envers Trump, qui continue de dominer le parti républicain en évoquant périodiquement la perspective de sa candidature à la Maison Blanche.

Le journaliste Karl affirme également dans son livre qu’après l’émeute du 6 janvier, au moins deux membres du cabinet ont demandé au vice-président Mike Pence de convoquer une réunion.

Lire aussi :  Poutine ne renonce pas à s'impliquer dans la politique des autres pays. La Roumanie figure également sur la liste

Pence, qui s’est caché dans le Capitole pendant que les participants à l’émeute scandaient leur intention de le pendre comme traître, n’a pas donné suite à la demande de réunir le cabinet. Plus précisément, a refusé d’invoquer le 25e amendement de la Constitution américaine.

Selon le journaliste, il n’y a aucune preuve que Pence ait été impliqué dans les discussions sur la destitution de Donald Trump par le mécanisme prévu par la Constitution américaine dans le cadre du 25e amendement.

Le 7 janvier, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef des démocrates du Sénat, Chuck Schumer, ont demandé à Pence d’invoquer le 25e amendement après que Trump a mobilisé ses partisans lors d’un rassemblement le 6 janvier, leur demandant de se battre comme un diable pour renverser le résultat de l’élection du 3 novembre 2020. Pence a attendu cinq jours et a refusé d’accéder à la demande des deux chefs démocrates. De plus, Mike Pence est un candidat potentiel à l’investiture républicaine pour la présidentielle de 2024, rapporte… The Guardian.

Article précédentLa Terre n’a aucune patience pour les humains. Le châtiment sera cruel et pourrait conduire à l’extinction de l’espèce.
Article suivantLes tensions s’intensifient. Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La Russie s’implique
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !