Accueil Internationales Un chauffeur de camion a été condamné à une peine initiale de...

Un chauffeur de camion a été condamné à une peine initiale de 110 ans dans une affaire d’homicide par véhicule.

95
0

Le gouverneur du Colorado a commué jeudi la peine de 110 ans de prison d’un chauffeur de camion condamné pour homicide involontaire. Rogel Lazaro Aguilera-Mederos purgera une peine de 10 ans de prison.

Condamnation à 110 ans de prison pour un chauffeur de camion

Dans une lettre de commutation adressée au camionneur d’origine cubaine Rogel Lazaro Aguilera-Mederos, 26 ans, le gouverneur a déclaré que l’accident ardent le long d’une autoroute de montagne qui a tué quatre conducteurs en avril 2019 était un « acte tragique mais non intentionnel ».

« Bien que vous ne soyez pas sans faute, votre peine est disproportionnée par rapport à de nombreux autres détenus de notre système de justice pénale qui ont commis des crimes intentionnels, prémédités ou violents », indique la lettre.

Cinq millions de personnes ont demandé la clémence pour le conducteur.

Aguilera-Mederos pourra désormais bénéficier d’une libération conditionnelle dans cinq ans. Le cas du conducteur a attiré l’attention de 5 millions de personnes qui ont signé une pétition demandant la clémence.

L’avocat de la défense, James Colgan, a déclaré que le conducteur était ravi de la nouvelle. « Il est soulagé et très reconnaissant », a déclaré Colgan.

Lire aussi :  La Barbade est devenue la plus récente république du monde

Les procureurs ont critiqué la décision

Le procureur Alexis King a critiqué Polis. Il affirme que le gouverneur a essentiellement court-circuité une procédure judiciaire plus délibérée que les procureurs avaient entamée en consultation avec les familles des victimes.

« Nous sommes déçus par la décision du gouverneur d’agir prématurément », a déclaré M. King dans un communiqué. Le procureur a ajouté que la décision finale sur le sort d’Aguilera-Mederos devrait revenir à un juge.

King s’est rendu au tribunal lundi pour une audience au cours de laquelle il a demandé que sa peine de 110 ans de prison, imposée en vertu des règles de détermination des peines obligatoires au début du mois, soit réduite à une fourchette de 20 à 30 ans.

En octobre, Aguilera-Mederos a été reconnue coupable par un jury de quatre chefs d’accusation de meurtre. Il a également été accusé d’autres violences et de conduite imprudente. Le juge de la cour de district Bruce Jones a déclaré, lorsqu’il a prononcé la peine initiale le 13 décembre, qu’il n’aurait pas imposé une peine aussi longue.

Lors du procès, les procureurs ont présenté des preuves selon lesquelles Aguilera-Mederos, qui transportait un chargement de bois, n’avait pas été correctement formé à la conduite sur route de montagne. Il savait que les freins de la semi-remorque étaient défaillants, mais il a tout de même descendu les montagnes, selon les procureurs, en contournant une rampe d’accès pour camion en fuite.

Lire aussi :  Le bureau du procureur de la République de Moldavie enquête sur Igor Dodon. Les faits remonteraient à 13 ans

Aguilera-Mederos a pleuré au procès

Le conducteur a perdu le contrôle du camion et a percuté un véhicule arrêté sur l’Interstate 70 à l’ouest de Denver. Lors du prononcé de la sentence, Aguilera-Mederos a pleuré en demandant le pardon et la clémence.

« Je n’ai jamais pensé à faire du mal à quelqu’un de toute ma vie », a-t-il dit.

Plus tôt cette semaine, Colgan a qualifié la motion de King visant à obtenir une réduction de peine de « peu imaginative ».

« Il y a deux semaines, ils (les procureurs) ont traité mon client qui a été condamné à 110 ans de manière parfaite jusqu’à ce qu’il y ait un tollé », a-t-il déclaré à Reuters après l’audience. « Tout est politique. »

Lire Patrouilleurs des médias sur sur Google News !

Article précédentDes changements importants dans l’UE : « Une étape cruciale pour le développement et l’avenir de la langue ». Elle s’applique à partir d’aujourd’hui !
Article suivantDécision controversée à Bruxelles : la Commission européenne veut classer le gaz et l’énergie nucléaire comme « verts ».