Accueil Dernières minutes ! Ce que proposent les députés français pour soutenir le père de WikiLeaks,...

Ce que proposent les députés français pour soutenir le père de WikiLeaks, Julian Assange

37
0

Un projet de résolution en ce sens a été signé par une quarantaine de députés français issus de l’ensemble de l’échiquier politique. Le document note que « la France ne peut rester indifférente » au sort de l’Australien « victime de la fureur judiciaire, mais en réalité politique, de Washington ».

L’un des initiateurs de la résolution, François Ruffin, du parti de gauche radicale France Nesupée, a appelé lors d’une conférence de presse à « la libération de ce combattant de la vérité », tandis que Jean Lassalle, député de centre-droit, a souligné le caractère « douloureux et dramatique, mais aussi exceptionnel » de la situation de Julian Assange.

Le père du fondateur de WikiLeaks, John Shipton, a déclaré à Paris, où il était venu saluer « l’aide et le soutien » des députés français, que « seule la France peut sauver Julian ». La capitale française a également reçu la visite de l’avocate Stella Morris, avec qui l’Australien a deux enfants nés de son séjour comme réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres, qui a insisté sur le fait que la vie d’Assange est « en danger », rapporte Agerpres.

Lire aussi :  Poutine n'abandonne pas. Les forces séparatistes en Ukraine utilisent des armes russes

Les relations entre la France et les États-Unis ne sont pas au beau fixe en ce moment.

Pour être débattue en session plénière de l’Assemblée nationale française, la résolution doit soit être inscrite à l’ordre du jour par le gouvernement ou la majorité parlementaire, soit être débattue lors d’un jour de « niche » réservé à un groupe minoritaire, mais aucune procédure ou date définitive n’a encore été fixée.

Julian Assange a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans comme réfugié dans l’ambassade de l’Équateur à Londres. Les juges de la Haute Cour de Londres doivent décider dans les semaines à venir s’ils maintiennent ou annulent le refus d’extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir dissimulé et publié des informations classifiées sur les opérations militaires américaines en Irak et en Afghanistan, et notamment révélé des crimes de guerre commis par des soldats américains.

Lire aussi :  Le Kremlin reproche aux États-Unis de provoquer une "hystérie" à propos d'une éventuelle invasion russe en Ukraine.

Les relations entre la France et les États-Unis souffrent actuellement après que Washington a soufflé à Paris un important contrat de livraison de sous-marins à l’Australie.

Article précédentPoutine n’abandonne pas. Les forces séparatistes en Ukraine utilisent des armes russes
Article suivantLa Terre n’a aucune patience pour les humains. Le châtiment sera cruel et pourrait conduire à l’extinction de l’espèce.
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !