Accueil Internationales « Un nouveau départ » pour les Pays-Bas après la prestation de serment du...

« Un nouveau départ » pour les Pays-Bas après la prestation de serment du gouvernement, même si le Premier ministre occupe le même poste depuis 2010.

52
0

Les Pays-Bas disposent d’un nouveau Gouvernement. L’exécutif, le quatrième dirigé par Mark Rutte, allouera une somme modique de 35 milliards d’euros (40 milliards de dollars) à des mesures climatiques, alors que l’État est confronté aux conséquences majeures de l’élévation du niveau de la mer. Le nouveau gouvernement de coalition a également promis de construire deux centrales nucléaires.

Le quatrième gouvernement dirigé par Mark Rutte a prêté serment.

La nouvelle coalition a également pour tâche immédiate de décider si le nombre record de cas d’Omicron déclenche une extension des restrictions les plus strictes de l’Europe en matière de lutte contre le coronavirus, qui, en théorie, doivent expirer vendredi.

Les postes les plus importants du nouveau gouvernement sont occupés par Sigrid Kaag, ministre des finances, l’une des femmes les plus « anciennes » du cabinet, et par son prédécesseur, Wopke Hoekstra, au poste de ministre des affaires étrangères.

Le roi des Pays-Bas, Willem-Alexander, a prêté serment au nouveau cabinet à partir de 10h30 dans la grande salle du palais royal Noordeinde à La Haye.

Le Premier ministre néerlandais promet « un nouveau départ ».

Mark RutteM. Rutte, 54 ans, a promis un « nouveau départ » alors qu’il est Premier ministre depuis 2010, ce qui fait de lui le deuxième plus ancien dirigeant de l’Union européenne après le Hongrois Viktor Orban.

Malgré un record de 271 jours de négociations après les élections de mars, la coalition comprend les quatre mêmes partis que le dernier gouvernement – le VVD de centre-droit de Rutte, le D66 progressiste de Kaag, le CDA de centre-droit de Hoekstra et le parti conservateur Christen Unie.

Lire aussi :  Macron frappe à nouveau ! Annonce qu'il maintient ses "remarques grossières" sur les personnes non vaccinées.

Les Pays-Bas ont établi un autre record indésirable en étant sous un gouvernement intérimaire pendant près d’un an, après que la coalition précédente a démissionné en janvier 2021 à la suite d’un scandale sur les allocations familiales.

Les objectifs du nouvel exécutif et le rétablissement de la confiance dans les hommes politiques

Surnommé le Premier ministre « Teflon » pour sa capacité à éviter les scandales et à rester au pouvoir, Mark Rutte a déclaré en décembre qu’il souhaitait que son nouveau gouvernement « rétablisse la confiance du public » dans les autorités.

Le premier ministre, qui se déplace à vélo, a déclaré que la coalition souhaitait également « jeter les bases pour la prochaine génération », notamment en ce qui concerne le climat, étant donné qu’environ un tiers de la population de l’Union européenne est d’accord pour dire qu’il s’agit là d’un problème. Pays-Bas se situe en dessous du niveau de la mer et dépend fortement du gaz.

Outre le fonds climatique de 35 milliards d’euros pour les dix prochaines années, le gouvernement aura son premier ministre du climat et de l’énergie, Rob Jetten, 34 ans, qui a promis de rendre les Pays-Bas climatiquement neutres d’ici 2050.

Lire aussi :  La lutte pour l'hégémonie. La menace de l'Iran est-elle réelle ?

Toutefois, avec ses promesses de dépenses, M. Kaag conduira les Néerlandais à abandonner leur rôle traditionnel de leader « frugal » de l’UE, obsédé par l’austérité, rapporte france24. L’ancien diplomate de 60 ans devrait réussir à apaiser les relations avec les pays d’Europe du Sud criblés de dettes qui ont déjà pris exemple sur les Néerlandais pour réduire leurs déficits.

Comment les Pays-Bas s’attaquent au problème de la cinquième vague COVID-19

Une autre promesse clé de l de la coalition gouvernementale est de s’attaquer à la pénurie chronique de logements dans l’un des pays les plus densément peuplés du monde.

M. Rutte devrait devenir, à la fin de l’année, le premier ministre le plus ancien des Pays-Bas, mais il doit relever un certain nombre de défis politiques, notamment celui d’enrayer partiellement la propagation du coronavirus aux Pays-Bas.

Le politicien d’extrême droite Thierry Baudet, un sceptique du COVID-19, s’est emparé d’une question qui a déclenché de violentes émeutes l’année dernière, et la semaine dernière, un militant anti-vaccination a été arrêté pour avoir brandi une torche allumée devant la maison de Sigrid Kaag.

Les écoles néerlandaises doivent rouvrir lundi, mais tous les magasins, bars, restaurants et événements non essentiels restent fermés jusqu’au 14 janvier au moins.

Article précédentATP Adélaïde 2 : Thanasi Kokkinakis bat Benoît Paire au premier tour
Article suivantLes mots de Paula Badosa après sa victoire contre Jelena Ostapenko à Sydney
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !