Accueil Voyage Un professeur de Harvard a espionné pour la Chine

Un professeur de Harvard a espionné pour la Chine

60
0

Un éminent professeur de chimie de Harvard, Charles Lieber, a été reconnu coupable mardi par un tribunal fédéral de Boston d’avoir dissimulé aux autorités ses liens avec un programme chinois soupçonné d’espionnage économique par les États-Unis, rapporte l’AFP.

Le professeur de 62 ans, ancien chef du département de chimie de la prestigieuse université américaine, « a menti aux enquêteurs fédéraux et à l’université de Harvard dans le but de dissimuler sa participation au programme chinois « 1 000 talents » », selon un communiqué du ministère américain de la justice, rapporte agerpres.ro.

Ce programme « tente d’attirer des (experts) étrangers pour qu’ils apportent leurs connaissances et leur expertise en Chine et récompense souvent certains participants pour le vol de propriété intellectuelle », a expliqué le ministère de la Justice en juin 2020, lorsque le professeur a été mis en examen.

Lire aussi :  Partenariat stratégique entre adversaires de l'Occident. Le leader iranien se rend en Russie

Charles Lieber, professeur de chimie à Harvard, a été grassement rémunéré par l’Institut chinois de technologie de Wuhan.

Selon l’acte d’accusation, le spécialiste en nanotechnologie a été payé « jusqu’à 50 000 dollars par mois » pendant trois ans par l’Institut de technologie de Wuhan, en Chine, en plus d’une somme annuelle de 150 000 dollars et de 1,5 million de dollars pour la création d’un laboratoire.

« M. Lieber a exploité l’ouverture et la transparence de notre système universitaire », a déploré le Bureau fédéral d’enquête américain, le FBI, qui l’a arrêté en 2020.

Après un procès de six jours, il a été reconnu coupable d’avoir menti aux autorités fédérales, d’avoir omis de déclarer certains revenus et d’avoir omis de déclarer un compte bancaire à l’étranger, selon le document judiciaire.

Lire aussi :  Chine, production record de charbon en 2021

Charles Lieber a omis de déclarer aux autorités fiscales américaines les revenus qu’il tirait du Wuhan Institute of Technology en 2013 et 2014.

La sentence sera annoncée ultérieurement, mais le professeur risque plusieurs années de prison.

Sous l’administration Trump, le ministère américain de la Justice a intensifié les enquêtes sur un éventuel espionnage économique de la Chine, principal adversaire économique de Washington.

Charles Lieber est le scientifique le plus connu impliqué dans ces enquêtes, bien qu’il ne soit pas directement accusé d’espionnage économique.

Lisez Patrouilleurs des médias sur Google News !

Article précédentDonald Trump veut mettre un terme à l’enquête sur ses affaires.
Article suivantLa Chine : Une agence de presse va lancer une collection de NFT après 11 photos journalistiques
Penseur incurable. Un spécialiste de la bière, car belge d'origine. Défenseur de la culture pop, je suis patrouilleur de médias depuis les débuts ! ^^