Accueil Internationales Vladimir Poutine revient à de meilleurs sentiments. Le président russe marche sur...

Vladimir Poutine revient à de meilleurs sentiments. Le président russe marche sur sa fierté et négocie avec l’OTAN

91
0

Vladimir Poutine, le président de la Russie, a évoqué mercredi une série de négociations qu’il souhaite avec l’OTAN. Il dit qu’il ne veut pas que la frontière avec l’Europe de l’Est soit menacée, donc il veut que l’alliance reste éloignée de la frontière avec les armes à feu. Le chef d’État russe dit ne plus faire confiance aux accords verbaux et veut des « garanties juridiques ».

« Dans le dialogue avec les États-Unis et leurs alliés, nous insisterons pour parvenir à des accords concrets qui excluront tout nouveau rapprochement de l’OTAN avec l’Est et le déploiement près du territoire russe de systèmes d’armes qui nous menacent », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une cérémonie de réception des lettres d’accréditation d’une vingtaine d’ambassadeurs au Kremlin.

« Nous proposons à cet égard d’entamer des négociations de fond », a déclaré Poutine, soulignant que la Russie a besoin de « garanties juridiques », les pays occidentaux n’ayant « pas tenu leurs engagements verbaux ».

S’exprimant lors de la cérémonie d’accréditation, Vladimir Poutine a déclaré qu’il ne faisait plus confiance à la parole de l’Alliance car celle-ci n’avait pas tenu ses promesses verbales sur la frontière orientale. Le fonctionnaire faisait référence à des actions menées en 1999 et 2004.

Lire aussi :  Miracle sur les marches d'une église de Philadelphie. Tous les passagers d'un hélicoptère qui s'est écrasé ont survécu.

« En particulier, tout le monde connaît les promesses verbales selon lesquelles l’OTAN ne s’étendrait pas vers l’est, mais c’est exactement le contraire qui s’est produit. En bref, les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité ont été ignorées et continuent de l’être », a souligné le dirigeant russe, faisant référence à l’expansion des alliés dans les pays de l’ancien bloc communiste en 1999 (Pologne, Hongrie et République tchèque) et en 2004 (Bulgarie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Lituanie, Estonie et Lettonie).

Vladimir Poutine porte de graves accusations ! Certains pays ne veulent pas que la Russie se développe et crée des tensions.

Le président russe a affirmé qu’il ne voulait pas d’avantages pour lui seul. Il est naturel que chacun ait ses propres intérêts, mais le plus bénéfique est une situation calme et stable. Quant à la paix qui devrait régner à la frontière, Vladimir Poutine affirme que certains États tentent de limiter le développement de la Russie et de créer des tensions aux frontières.

Lire aussi :  OTAN, dernières nouvelles ! Envoie des troupes en Roumanie. Alerte maximale à la frontière

« Nous ne demandons pas de conditions particulières. Nous comprenons que tout accord doit inévitablement tenir compte des intérêts de la Russie et de tous les pays euro-atlantiques. Le calme et la stabilité doivent être garantis pour tous (…) sans exception.

La menace qui pèse sur nos frontières occidentales est croissante. Il suffit de voir à quel point l’infrastructure militaire de l’Alliance atlantique s’est rapprochée des frontières de la Russie. Pour nous, c’est plus que grave », a ajouté M. Poutine.

C’est précisément pour cette raison, a expliqué le président russe, que Moscou prend des mesures « militaro-techniques », même s’il a insisté sur le fait qu’accuser la Russie de menacer qui que ce soit est « pour le moins irresponsable ».

Article précédentMessage des États-Unis pour la fête nationale de la Roumanie
Article suivantLa Pologne commence à définir les politiques gouvernementales sur le marché de l’électricité
25 ans et depuis 3 ans dans le Digital, je rédige aussi vite que mon ombre ^^ Fan de Rugby et de boxe, j'aime aussi l'Art et la Littérature !